Syrie : au moins 7000 morts ont été recensés dans les hôpitaux de Médecins sans frontières en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : au moins 7000 morts ont été recensés dans les hôpitaux de Médecins sans frontières en 2015
©REUTERS / Abdalrhman Ismail

Triste bilan

Syrie : au moins 7000 morts ont été recensés dans les hôpitaux de Médecins sans frontières en 2015

Au total, 94 frappes aériennes et tirs de roquette auraient touché 63 structures soutenues par MSF l'année dernière.

Le bilan est lourd : au moins 7000 morts et 155 000 blessés ont été recensés en 2015 dans les seules structures sanitaires de Médecins sans frontières (MSF). Parmi ces victimes, 30% à 40% étaient des femmes et des enfants, "laissant présager que les zones habitées par des civils ont constamment été la cible de bombardements aériens ou d'autres types d'attaques", note l’ONG. Selon un récent rapport, "les 70 hôpitaux et centres de traitement de fortune bénéficiant d'une aide régulière de la part de MSF ne représentent qu'une petite part des structures médicales en Syrie", ce qui rend la situation particulièrement préoccupante.

Plus précisément, 94 frappes aériennes et tirs de roquette auraient touché 63 structures soutenues par MSF en 2015. Une douzaine ont été complètement détruites et 81 membres de l’ONG ont été tués ou blessés. "Après cinq ans de guerre en Syrie, les infrastructures sanitaires sont décimées". MSF dénonce également des attaques trop rapprochées qui laissent peu de temps aux secouristes pour venir en aide aux premières victimes. Des mosquées, des écoles, des lieux publics et des commerces sont "délibérément" visés  par des attaques, ce qui constitue selon MSF, "une violation du droit international humanitaire". 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !