Syrie : après la réunion de Vienne, l'avenir de Bachar el-Assad continue de diviser | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Il y a un certain nombre de points sur lesquels nous avons avancé" assure toutefois Laurent Fabius.
"Il y a un certain nombre de points sur lesquels nous avons avancé" assure toutefois Laurent Fabius.
©Reuters

Indécis

Syrie : après la réunion de Vienne, l'avenir de Bachar el-Assad continue de diviser

Les participants de cette réunion se retrouveront dans deux semaines pour tenter d'adopter une position commune quant au sort de Bachar el-Assad.

Conformément aux prévisions de nombreux observateurs, la réunion de Vienne qui se tenait ce vendredi sur la situation en Syrie n'a pas permis de déboucher sur une position commune entre ses différents participants. Le rôle éventuel du président syrien Bachar el-Assad dans l'évolution du processus politique de son pays reste le point d'interrogation majeur de cette réunion, à laquelle l'Iran participait pour la première fois.

Au terme de ces discussions longues de huit heures, Laurent Fabius a déclaré : "Nous avons abordé tous les sujets, même les plus difficiles. Il y a des points de désaccord, mais nous avons suffisamment avancé pour que nous nous retrouvions dans la même configuration dans deux semaines" 

"Il y a un certain nombre de points sur lesquels nous avons avancé, en particulier sur le processus politique, sur la question du gouvernement de transition, sur les élections, sur la Constitution future et sur d'autres aspects encore" assure le ministre des Affaires étrangères. 

Il y a une semaine, une première séance de discussions entre les ministres des Affaires étrangères américain, russe, saoudien et turc avait débouché sur la possibilité d'un dialogue ouvert malgré plusieurs divergences. Les participants de cette réunion se retrouveront dans deux semaines pour tenter d'adopter une position commune quant au sort de Bachar el-Assad.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !