Synode sur la famille : Benoît XVI a refusé de prendre position contre le pape François | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Synode sur la famille : Benoît XVI a refusé de prendre position contre le pape François
©

Loyal

Synode sur la famille : Benoît XVI a refusé de prendre position contre le pape François

Le pape émérite n'a pas répondu aux appels de cardinaux conservateurs, qui voulaient son soutien contre les ouvertures du pape François lors du synode sur la famille.

Pas de rififi au Vatican: le pape émérite Benoît XVI a refusé "catégoriquement" de soutenir les cardinaux conservateurs face au pape François, explique ce dimanche le quotidien italien Repubblica.

L’assemblée du Synode sur la famille a adopté hier un message adressé en priorité aux familles chrétiennes, qui indique une réflexion sur "la question de l’accès aux sacrements des personnes divorcées-remariées", mais sans consensus sur trois passages controversés concernant les divorcés et les homosexuels.

Selon des sources bien informées citées par le quotidien italien, Benoît XVI - qui fait figure de pilier de la doctrine - a répondu à des cardinaux venant le voir en secret pour protester contre les ouvertures de François: "je ne suis pas le pape, ne vous adressez pas à moi". Il a envoyé un message au pape argentin pour lui offrir amicalement son aide théologique, ajoute le journal.

"Quand Benoît XVI parle, c'est toujours pour soutenir François", ont relevé des "observateurs attentifs" cités par le journal.

Et le journal d'estimer que c'est peut-être en remerciement de ce soutien que le pape François a cité, lors de son discours final au synode, des écrits de Benoît XVI pour souligner que "l'autorité dans l'Eglise est dans le service".

"Personnellement j'aurais été soucieux et bien en peine s'il n'y avait pas eu des discussions animées", a-t-il déclaré dans ce dicours... tout en fustigeant les "tentations" des "zélés, scrupuleux et traditionalistes", des "buonistes (bien pensants), timorés, progressistes et libéralistes", de "ceux qui veulent jeter des pierres contre les pécheurs" et enfin de "ceux qui veulent contenter les gens" avec "un esprit mondain".

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !