Survols de drone à Paris : trois journalistes d'Al-Jazeera placés en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Survols de drone à Paris : trois journalistes d'Al-Jazeera placés en garde à vue
©Reuters

Flagrant délit

Survols de drone à Paris : trois journalistes d'Al-Jazeera placés en garde à vue

Ils ont été interpellé au Bois de Boulogne dans l'après-midi, après avoir fait voler un drone.

Ils ont été pris en flagrant délit. Trois journalistes de la chaîne de télévision qatarienne Al-Jazeera ont été interpellés et placés en garde à vue après avoir fait voler un drone mercredi après-midi dans le bois de Boulogne à Paris, dans l'Ouest parisien.

Ces interpellations interviennent après le survol, deux nuits de suite, de drones au-dessus de Paris, alors que les survols de drones sans autorisation sont interdits à Paris.. Les engins ont notamment survolé des sites sensibles, comme l'ambassade américaine, la Tour Eiffel, les Invalides, et la place de la Concorde.

Le repérage de ces survols avait été facilité par la présence de nombreuses forces de l'ordre dans la capitale. Ces dernières sont mobilisées dans le cadre du plan Vigipirate mis en place depuis les attentats début janvier dans la capitale française.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour  "vol par aéronef en zone interdite".

Les trois journalistes font partie du service international de la chaine d'information en continue. Ils seraient âgés de 34 ans, 52 ans et 68 ans. Leur nationalité est pour le moment inconnue. Ils ont été interpellés vers 15H30 au bois de Boulogne, dans l'ouest de Paris.

"Aucun rapprochement n'est pour l'heure possible entre ces arrestations et les survols nocturnes» des sites sensibles, selon l'une des sources proches de l'enquête.

"Le premier pilotait le drone, le deuxième filmait, le troisième regardait", selon cette source.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !