Suppression du menu de substitution sans porc à Chalon-sur-Saône : le tribunal administratif rejette le recours en référé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Suppression du menu de substitution sans porc à Chalon-sur-Saône : le tribunal administratif rejette le recours en référé
©Mike Blake / Reuters

Suite

Suppression du menu de substitution sans porc à Chalon-sur-Saône : le tribunal administratif rejette le recours en référé

Gilles Platret, le maire de la ville n'a pas caché sa satisfaction indiquant qu'il s'agissait d'une "première victoire pour la laïcité".

Le tribunal administratif de Dijon donne finalement raison au maire de Chalon-sur-Saône. Ce jeudi matin, le recours contre la suppression du menu sans porc dans les cantines de la ville a été rejeté. Le tribunal avait été saisi en référé par la Ligue de défense judiciaire des musulmans présidée par Karim Achoui. Gilles Platret, le maire de la ville n'a pas caché sa satisfaction indiquant qu'il s'agissait d'une "première victoire pour la laïcité".

Le maire de Chalon-sur-Saône avait décidé de mettre un terme à la pratique installée dans la collectivité depuis 31 ans, qui consistait à proposer un menu de substitution dès lors qu'un plat contenant du porc était servi dans les cantines. "Il est indispensable de revenir à une pratique exigeante du vivre-ensemble" avait dit le maire ajoutant que "l'offre de restauration ne peut pas prendre en compte des considérations religieuses". 

Pour lui, "proposer un menu de substitution dès lors que du porc est servi, c'est opérer une discrimination entre les enfants, ce qui ne peut être accepté dans le cadre d'une République laïque. Les cantines scolaires de Chalon doivent redevenir des espaces de neutralité" avait encore estimé Gilles Platret. Cette décision avait fait polémique. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !