Suppression des notes : Najat Vallaud-Belkacem écarte l'idée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Najat Vallaud-Belkacem souhaite une évaluation affinée et exigeante sans accabler les élèves.
Najat Vallaud-Belkacem souhaite une évaluation affinée et exigeante sans accabler les élèves.
©Reuters

Au tableau !

Suppression des notes : Najat Vallaud-Belkacem écarte l'idée

La ministre de l'Education nationale a décidé de ne pas suivre les recommandations de la Conférence nationale sur l'évaluation des élèves.

En juin 2014, le ministre de l'Education nationale de l'époque, Benoît Hamon, disait vouloir en finir avec les "notes sanctions". En lançant une grande consultation nationale de l'ensemble des professionnels du monde de l'éducation, il souhaitait mettre en place une notation "bienveillante", face au système actuel qui paralyse, selon lui, les élèves.

Au terme de six mois de rencontres qui se sont achevés par une grande Conférence nationale sur l'évaluation des élèves, pendant laquelle en début de semaine, experts, scientifiques et équipes de terrain ont débattu, la ministre de l'Education nationale a tranché. Les notes dans les classes avant l'entrée au collège ne seront pas supprimées, une décision allant à l'encontre des recommandations proposées à Najat Vallaud-Belkacem par les professionnels du milieu.

Alors que l'ensemble des préconisations de ce rapport seront officiellement dévoilées vendredi en début d'après-midi, l'entourage de la ministre a rappelé que la suppression "des notes chiffrées" n'avait jamais été envisagée par le ministère et par l'Elysée. L'objectif restant pour le gouvernement de mettre en place un système d'évaluation affiné et "plus exigeant", sans pour autant accabler les élèves.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !