Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Propositions

Suppression de l'encadrement des loyers, bail en ligne : François Fillon dévoile son programme choc pour le logement

L'ancien Premier ministre souhaite "une rupture" pour régler la crise du logement.

François Fillon s'attaque à la crise du logement. L'ancien Premier ministre a présenté ses différentes mesures pour lutter contre cette spirale négative ce mercredi matin, lors d’une conférence de presse au Musée social à Paris.

Afin de régler la crise du logement, Fillon prône "la rupture", traduites en sept propositions. La plus emblématique : la suppression de l'encadrement des loyers et "des différentes contraintes et charges pesant sur les bailleurs". "Je veux supprimer l’encadrement des loyers, et mettre en place un contrat de bail en ligne, facile d’accès, avec des avantages fiscaux pour les propriétaires qui proposeront les loyers les plus bas", a confié le député dans une interview accordée au Parisien.

Dans cet entretien, l'ancien Premier ministre fustige également la loi Alur, voulue par l'ancienne ministre du Logement écologiste Cécile Duflot, la loi "la plus néfaste votée depuis le début du quinquennat de François Hollande", selon lui.

Concernant la loi SRU qui impose au moins 25 % de logements sociaux dans les communes de plus de 3.500 habitants, François Fillon juge que son objectif était louable, mais le résultat est "mauvais". "Je veux transférer aux intercommunalités la responsabilité de gérer la politique du logement et d’attribuer les logements sociaux dans la plus grande transparence", plaide-t-il.

"Pour le cas particulier de la région parisienne, où la situation est très tendue, je propose d’appliquer l’objectif de 20% de logements sociaux sur les constructions nouvelles et non sur le parc existant des communes qui n’ont pas atteint ce seuil", poursuit l'ancien Premier ministre.

Parmi les autres propositions, le député de la Sarthe préconise également de fusionner toutes les aides sociales pour avoir une prestation sociale unique. "Cela aurait l’avantage de la simplification, de la transparence et permettrait de lutter efficacement contre la fraude" estime-t-il.

Lu sur Le Parisien
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.