Suède : l'assaillant masqué, qui a tué deux personnes et en a blessé d'autres au sabre dans une école, est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Suède : l'assaillant masqué, qui a tué deux personnes et en a blessé d'autres au sabre dans une école, est mort
©

Drame

Suède : l'assaillant masqué, qui a tué deux personnes et en a blessé d'autres au sabre dans une école, est mort

Le jeune homme de 21 ans, visé par deux tirs lors de l'intervention de la police, a succombé à ses blessures à l'hôpital. Si ses motivations restent inconnues, il était sympathisant d'extrême droite.

Un homme masqué et armé d’un sabre aurait tué deux personnes et blessé d'autres élèves et un enseignant, ce jeudi 22 octobre dans une école de Trollhättan, dans le sud-ouest de la Suède, a annoncé la police. Hospitalisé dans un état grave, l'agresseur est décédé de ses blessures quelques heures plus tard. 

L'auteur de l'attaque meurtrière était un sympathisant des mouvements d'extrême droite radicaux, affirment plusieurs médias suédois. En outre, selon ces médias, le tueur avait publié sur son compte YouTube des films sur Hitler et le nazisme, et la police "examine" de ce fait le "mobile politique". En effet, cette école suédoise est fréquentée par des jeunes issus de l'immigration.

Le bilan s'était déjà alourdi dans l'après-midi s'établissant à deux morts : un des élèves et un enseignant sont décédés des suites de leurs blessures. Deux blessés seraient des adolescents de 11 et 15 ans.

Quatre enfants et un adulte auraient été blessés par un homme habillé de noir et portant un masque. Selon le quotidien Dagens Nyheter, une personne serait sérieusement blessée. Stefan Löfven se rend sur place. Le Premier ministre suédois a déclaré suspendre tous ses engagements de la journée pour se rendre à Trollhättan. "C'est un jour noir pour la Suède. Je pense aux victimes, à leur famille, aux étudiants et au personnel ainsi qu'à l'ensemble de la communauté touchée", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Aucun mot ne peut décrire ce qu'ils vivent en ce moment".

La police est pour l'instant dans l'incapacité d'expliquer les motivations de l'assaillant. Une conférence de presse a eu lieu vers midi et demi durant laquelle il a été précisé qu'une enquête pour meurtre et tentative de meurtre avait été ouverte. L'homme masqué détenait plusieurs armes blanches. Il a été identifié mais la police a refusé de délivrer plus d'informations à ce sujet, sauf son âge : une vingtaine d'années. Il devrait être interrogé dans les heures qui viennent et son domicile fouillé. Les enfants qui étaient restés confinés à l'intérieur de l'établissement ont pu retrouver leurs parents vers 13 heures.

La police a indiqué avoir tiré sur l’assaillant sans fournir de précision sur son état de santé. Selon la presse locale, l’homme a été hospitalisé. "La confusion est grande dans l’école. Les adultes et les élèves quittent l’école précipitamment", a souligné la police dans un communiqué. L’école Kronan accueille 400 élèves de la maternelle au collège. Trollhättan, berceau du constructeur automobile Saab, est une ville industrielle de 57 000 habitants, à une heure de route au nord de Göteborg.

Laith, un garçon de 14 ans, a vu l'homme armé avant d'entrer dans l'école, il a ainsi réussi à se cacher. "Nous avons d'abord pensé que c'était une plaisanterie", raconte-t-il à svt.se. "Il avait un masque, des vêtements noirs et une longue épée. Des étudiants voulaient prendre une photo avec lui et toucher le sabre". Le même description a été faite par un survivant au média The Local. "J'étais en classe quand la soeur d'un de mes camarades l'a appelé pour le prévenir qu'un meurtrier était dans l'école. Nous avons donc verrouillé la porte de la classe mais notre professeur était dans le couloir", raconte l'adolescent. 

Le tueur a bien fait des clichés avec certains étudiants avant l'attaque. Cette photo publiée par le site du quotidien suédois Dagens Nyheter l'atteste :

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !