Stéphane Bern veut faire payer l'entrée des cathédrales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Stéphane Bern veut faire payer l'entrée des cathédrales
©Reuters

Une pièce

Stéphane Bern veut faire payer l'entrée des cathédrales

L'animateur veut s'inspirer de Londres, qui fait payer 24 euros l’entrée à l’abbaye de Westminster.

En septembre, le président de la République Emmanuel Macron a confié à Stéphane Bern la mission de recenser le patrimoine français à sauver d’urgence et de réfléchir à des moyens de financer la sauvegarde du patrimoine. Dans un entretien au Parisien, il détaille quelques-unes des idées qu'il souhaite proposer.

Il explique d'abord avoir "déjà reçu 1 500 dossiers" et veut "accorder la priorité aux urgences absolues". "Pour marquer les esprits, nous allons essayer de sauver quatorze monuments symboliques en 2018", dit-il. "Chaque catégorie sera représentée : château, église, jardin, maison de personnalité illustre, patrimoine religieux, industriel, ouvrier, vernaculaire – par exemple une fontaine ou un four à pain", précise-t-il.

Parmi les idées qu'il avance, celle d'un tirage spécial du Loto pour financer le patrimoine. "Au Royaume-Uni, un tirage du loto est organisé chaque année en faveur des sites protégés. Il rapporte de 20 à 30 millions d’euros. La Française des jeux serait très enthousiaste à l’idée de reprendre l’exemple britannique (...). Mais le ministère de l’Economie ne voit pas cela d’un très bon oeil : l’argent n’irait plus dans les caisses de l’Etat, mais directement au patrimoine".

Plus polémique, il propose de faire payer "d'urgence" l'entrée des cathédrales. L'animateur déclare que  la France "est le seul pays où leur accès est gratuit" (ce qui est faux, leur accès étant gratuit dans une majorité de pays) et qu'à Londres, "l’entrée à l’abbaye de Westminster est fixée à 24 euros". Il semble ainsi oublier qu'en France, contrairement au Royaume-Uni, l'Etat et l'Eglise sont séparés...

Dans cette interview, Stéphane Bern tacle la politique fiscale d'Emmanuel Macron. "J’aurais aimé qu’on taxe davantage les yachts et les voitures de luxe, pas les châteaux. (...) Soumettre à l’ISF* des monuments historiques qui sont ouverts au public et qui sont en milieu rural, c’est une bêtise. Les oeuvres d’art ne le sont pas, or un monument historique est une oeuvre d’art. Les droits de mutation, quand on veut léguer à ses enfants, posent aussi un vrai problème. Il y a des milliers de châteaux à vendre. On attend quoi ? Que ce soient les Qataris ou les Chinois qui les rachètent ?"

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !