Sony va supprimer 10 000 emplois dans le monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Sony va supprimer 10 000 emplois dans le monde
©

C'est la crise

Sony va supprimer 10 000 emplois dans le monde

Faisant face à de lourdes pertes, le géant japonais de l'électronique espère ainsi redresser la barre.

Le géant japonais de l'électronique Sony va réduire ses effectifs de 10 000 personnes dans le monde d'ici à la fin de l'année, du fait de la restructuration de plusieurs activités, a affirmé ce lundi le quotidien économique japonais Nikkei. Le cas échéant, cette diminution correspondra à environ 6% du personnel total employé par Sony à fin mars 2011 (168 200 salariés). 

Il y a quelques semaines, le nouveau PDG de Sony, Kazuo Hirai, avait indiqué qu'il fallait s'attendre à des décisions de cette nature, compte tenu de la nécessité de redresser le groupe qui redoute une perte nette annuelle de 220 milliards de yens (plus de 2 milliards d'euros) et un déficit d'exploitation de 95 milliards de yens (900 millions d'euros) pour l'exercice clos le 31 mars dernier. 

La moitié des postes en voie de réduction au Japon et à l'étranger découlera de la cession d'activités. Le reste résultant notamment de la nécessité de réduire les frais fixes.

Sony a décidé récemment de céder une filiale de produits chimiques qui fabrique des matériaux adhésifs ainsi que des films et disques optiques. Le transfert est prévu au cours du dernier trimestre 2012. Le groupe est par ailleurs en train de regrouper ses activités de petits et moyens écrans à cristaux liquides (LCD) avec celles de ses compatriotes Hitachi et Toshiba au sein d'une société commune, afin de lutter plus efficacement contre les rivaux asiatiques. 

Sony avait déjà durement souffert à la suite de la crise financière internationale de 2008-2009, supprimant alors plus de 16 000 emplois dans le monde et fermant plusieurs usines pour confier davantage de tâches à des sous-traitants. 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !