SNCF : un rapport parlementaire préconise une cure d'austérité pour les Intercités | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
SNCF : un rapport parlementaire préconise une cure d'austérité pour les Intercités
©

Au garage !

SNCF : un rapport parlementaire préconise une cure d'austérité pour les Intercités

Selon le Parisien, le texte évoque des "allégements de lignes," des "suppressions de stations" ou encore le remplacement pur et simple par le bus.

Que faire des Intercités ? Plus lents mais plus abordables que le TGV, ces trains sont surtout un panier percé à la SNCF. Si bien que la commission sur l'Avenir des trains d'équilibre du territoire (TET), présidée par le socialiste Philippe Duron, tranche dans le vif dans le rapport qu'elle doit rendre ce mardi au gouvernement. Selon le Parisien, qui s'est procuré le texte, "la potion est amère" pour ces lignes "ultra-déficitaires."

Personne ne voulant financer ces locomotives vieillottes, "la qualité de l'offre s'est continuellement dégradée (...), les temps de parcours ont sensiblement augmenté et la régularité a régressé" explique le rapport. Si certaines lignes restent compétitives, notamment les trajets de Paris vers la Normandie, beaucoup d'autres sont désertées en raison de temps de parcours trop long ou simplement de la concurrence des axes autoroutiers. Les trains de nuit, de leur côté, ne sont "plus viables."

La sanction sera donc lourde si le gouvernement suit les propositions du rapport : allégements de lignes, suppressions de stations et même parfois de lignes qui seraient alors remplacées par des trajets en bus. En revanche, les trajets encore très fréquentés seraient remis à neuf. "Ces propositions vont dans le sens de la SNCF qui souhaite aller le plus loin possible dans la restructuration du réseau des trains Corail (autre nom des Intercités)" précise le Parisien. En revanche, les élus locaux y sont totalement opposés. Le gouvernement devra trancher.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !