SNCF : la reprise de la dette n'aura pas d'impact sur le déficit public, assure Bruno Le Maire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
SNCF : la reprise de la dette n'aura pas d'impact sur le déficit public, assure Bruno Le Maire
©ALAIN JOCARD / AFP

Magie magie

SNCF : la reprise de la dette n'aura pas d'impact sur le déficit public, assure Bruno Le Maire

La reprise de 35 milliards d'euros de la dette de la SNCF "ne pèsera pas sur le déficit public", a déclaré samedi le ministre de l'Economie et des finances.

Promis, juré : la reprise par l'Etat de 35 milliards d'euros de la dette de la SNCF "ne pèsera pas sur le déficit public". C'est ce qu'a déclaré ce samedi le ministre de l'Economie et des finances, Bruno Le Maire, en visite au salon des startups VivaTech à Paris.

"Notre évaluation c'est que cette reprise de la dette ne pèsera pas sur le déficit public. Elle aura évidemment un impact sur la dette publique, puisque ça accroit la dette publique française (...) mais elle n'aura pas d'impact sur le déficit", a-t-il souligné.

Ces propos contredisent ceux du rapporteur général du budget, Joël Giraud, qui estime que la reprise de cette dette aura un impact sur le déficit : il serait de 1,9% du PIB en 2020 avec la reprise d'une première tranche de 20 milliards de dette SNCF, au lieu de 0,9% prévu, et de 0,1% de PIB en 2022, contre un excédent prévu de 0,3% du PIB.

Après les propos de Joël Giraud, le ministère de l'Economie, dans un communiqué, avait expliqué qu'il "n'est pas possible de se prononcer sur l'impact sur la trajectoire des finances publiques" de cette reprise de dette (ce qu'a donc fait le ministre ce samedi). Pour le ministère, l'impact dépendra du "traitement comptable de l'opération par l'Insee".

Lu sur FranceTVinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !