SNCF : la grève sera reconduite vendredi, Cuvillier annonce une "avancée sensible" dans les négociations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
SNCF : la grève sera reconduite vendredi, Cuvillier annonce une "avancée sensible" dans les négociations
©Reuters

Pas content

SNCF : la grève sera reconduite vendredi, Cuvillier annonce une "avancée sensible" dans les négociations

Les deux syndicats appellent à un rassemblement près du ministère des Transports à Paris et à des initiatives partout en France pour imposer "une autre réforme".

"S'il y a un report, on proposera la suspension de la grève. Sinon, je pense que cela va continuer". La CGT avait prévenu ce jeudi matin par la voix de Gilbert Garrel, le secrétaire général. Alors que les perturbations sont extrêmement fortes notamment dans la capitale, il avait expliqué que la grève entamée mardi à la SNCF se poursuivrait si la réforme ferroviaire n'est pas reportée. Cette réforme doit être examinée à l'Assemblée nationale du 17 au 19 juin.

Finalement, la grève a été reconduite pour vendredi, a annoncé la CGT alors que des discussions avec le gouvernement sont en cours. "Les cheminots, fortement mobilisés au 2ème jour de grève, ont massivement reconduit le mouvement pour 24 heures", selon un communiqué. Les deux syndicats appellent à un rassemblement près du ministère des Transports à Paris et à des initiatives partout en France pour imposer "une autre réforme". 

Mais malgré la reconduction du mouvement social, le secrétaire d'État aux Transports Frédéric Cuvillier a fait part jeudi d'une "avancée sensible" des discussions avec les syndicats de cheminots grévistes, ouvrant "la voie à une sortie de crise". "Depuis les contacts que j'ai engagés hier (mercredi) soir, je sens une avancée qui est sensible. Un certain nombre d'organisations syndicales ont déjà acté que les propositions" avancées "ce (jeudi) matin étaient de nature à faire progresser" la situation, "à ouvrir la voie à une sortie de crise", a-t-il fait valoir.

Cette réforme voulue pour le gouvernement a pour objectif de stabiliser la dette du secteur ferroviaire évaluée à 44 milliards d'euros et à préparer son ouverture totale à la concurrence. La réforme prévoit également "de regrouper la SNCF et Réseau ferré de France (RFF)". Les syndicats ne sont pas d'accord avec ce projet et souhaitent une entreprise unifiée avec des moyens mutualisés et des instances représentatives et négociations communes. La CGT a indiqué vouloir "une réelle intégration, pas trois entités autonomes", des solutions pour "traiter la dette et le financement du groupe" et "des garanties sur un volet social de haut niveau". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !