Sid Ahmed Ghlam prétend avoir "empêché" l'attentat de Villejuif | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Sid Ahmed Ghlam prétend avoir "empêché" l'attentat de Villejuif
©Caputre d'écran / l'Express

Coupable, moi ?

Sid Ahmed Ghlam prétend avoir "empêché" l'attentat de Villejuif

Mis en examen pour l'attentat déjoué d'avril dernier, le principal suspect affirme, au contraire, "avoir fait ce qu'il fallait pour empêcher la commission d'un attentat." La famille d'Aurélie Châtelain veut désormais en savoir plus.

L'affaire de l'attentat déjoué et du meurtre d'Aurélie Châtelain prend un tour sinueux. Interrogé pour la première fois par un juge d'instruction, un mois après son arrestation, Sid Ahmed Ghlam a donné une version très différente des faits qui lui sont reprochés. "Il a reconnu avoir été à Villejuif le 19 avril 2015 en présence d'un autre individu" affirment ses avocats. "Il conteste en revanche toute responsabilité dans la mort d'Aurélie Châtelain et a également affirmé avoir fait ce qu'il fallait pour empêcher la commission d'un attentat ce jour-là."

En revanche, l'identité de cet "autre individu" n'est pas connue et le déroulé des faits reste assez mystérieux. Pour les enquêteurs, c'est pourtant bien Sid Ahmed Ghlam qui serait responsable des faits. Ce jeune Algérien de 24 ans s'est radicalisé à l'islam et aurait été "téléguidé" depuis la Syrie ou l'Irak. Il avait été arrêté le 19 avril dernier, blessé par balles. Celle qui avait tué Aurélie Châtelain venait bien de son arme et l'ADN du suspect avait été retrouvé dans la voiture de la victime.

Les avocats de la jeune femme sont d'ailleurs montés au créneau. "Il faut qu'il en dise plus, car pour l'instant la réalité du dossier ne correspond pas du tout à ses déclarations" a ainsi affirmé à l'AFP Antoine Casubolo Ferro. "Il faut qu'il s'explique sur toutes les preuves et les traces qui donnent la certitude qu'il a été en contact avec Aurélie Châtelain."

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !