Si Fillon abdique, Juppé ne sera pas "une solution de repêchage" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Si Fillon abdique, Juppé ne sera pas "une solution de repêchage"
©Thomas SAMSON / AFP

Promis !

Si Fillon abdique, Juppé ne sera pas "une solution de repêchage"

Jeudi soir, François Fillon a annoncé que s'il était mis en examen, il renoncerait à être candidat à la présidentielle. Si ce cas venait à se concrétiser il ne faudrait pas compter sur le maire de Bordeaux pour prendre le relais.

En marge du Conseil de Bordeaux Métropole vendredi matin, Alain Juppé l'assure : il ne "sera pas une solution de repêchage" pour l'élection présidentielle dans le cas où François Fillon renoncerait à briguer l'Elysée. Une possibilité que le candidat des Républicains a énoncée hier, jeudi 26 novembre, sur le plateau du 20h de TF1 face à Gilles Bouleau. Le candidat l'a assuré : il renoncera à la présidentielle s'il est "mis en examen" dans l'affaire de l'emploi -supposé- fictif de sa femme Pénélope Fillon à l'époque où il était lui-même député.

Si cela venait à se confirmer, pas question de penser à Alain Juppé qui a insisté auprès de plusieurs médias: " Non, clairement et définitivement. Parce que la primaire a eu lieu et que les électeurs se sont prononcés".

Le président de la Métropole bordelaise est prévu présent samedi porte de la Villette au meeting de François Fillon pour soutenir le candidat : "Je l'écouterai avec beaucoup d'attention, il faut que la campagne commence sur le fond, maintenant."

Accusations potentiellement lourdes de conséquences

Cette affaire, révélée par le "Canard enchaîné" dans son édition du 25 janvier, intervient seulement deux mois après le triomphe du candidat Fillon à la primaire de la droite. Une enquête a été ouverte par le parquet national financier qui aura pour but de trancher les accusations d'emplois fictifs, détournement de fonds publics (à hauteur de 500 000 euros selon le "Canard") et de recel. Des accusations lourdes et potentiellement dévastatrices pour un candidat qui se veut être celui de l' "exemplarité" qui fait déjà les frais d'un jeu médiatique qui pourrait lui coûter cher.

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !