Les services de renseignement britanniques recrutent des hackers sur les réseaux sociaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Les services de renseignement britanniques recrutent des hackers sur les réseaux sociaux
©

Cyber 007

Les services de renseignement britanniques recrutent des hackers sur les réseaux sociaux

Pour rejoindre les services de renseignement britanniques, rien de plus simple : décrypter un code numérique sur des blogs spécialisés. Une méthode de recrutement des services de renseignements des plus étonnantes.

Les services de renseignement britanniques se sont lancés à la recherche de hackers ... pour les recruter. Les espions de Sa Majesté ont décidé d'investir les réseaux sociaux en diffusant un casse-tête numérique. Pour être embauché, rien de plus simple : décrypter un code numérique.

Vous souhaitez devenir hacker au service de la reine d'Angleterre ? Rien de plus simple, il vous suffit de résoudre ce puzzle : http://www.canyoucrackit.co.uk/

Mais attention, vous n'avez plus que dix jours.

L'initiative a été proposée par l'agence de communication en ligne Ebuzzing qui a sélectionné pour le GCHQ une liste de blogs consacrés au hacking. Ce service est chargé de fournir aussi bien au gouvernement qu'à l'armée britannique toutes les informations et données disponibles sur la toile. Et pour remplir cette mission, elle a besoin des meilleurs : les pirates.

Un porte-parole du GCHQ a simplement expliquer vouloir séduire un auditoire qui ne pensait pas à priori à travailler pour des administrations d'Etat. "Leurs compétences seraient utiles dans notre travail", explique t-il.

Ceux qui parviennent à décrypter le code se voient proposer de poster leur candidature.

Lu sur Kelblog, le blog de Pierre Chappaz

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !