Serge Lazarevic est arrivé en France ce mercredi : "j'avais oublié ce qu'était la liberté" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Serge Lazarevic est arrivé en France ce mercredi : "j'avais oublié ce qu'était la liberté"
©

Enfin

Serge Lazarevic est arrivé en France ce mercredi : "j'avais oublié ce qu'était la liberté"

Mardi soir à Niamey, il a retrouvé sa fille Diane venue exprès de Paris pour le raccompagner en France. L'ex-otage a été reçu par le président Mahamadou Issoufou.

Beaucoup d'émotions ce mercredi matin à l'aéroport militaire de Villacoublay. Serge Lazarevic, dernier otage français dans le monde jusqu'à sa libération annoncée mardi, est arrivé en Franceaprès plus de trois ans de captivité au Sahel aux mains d'al-Qaida. François Hollande l'a accueilli et a pris la parole quelques minutes plus tard.

"Vous avez vécu une épreuve mais vous êtes là. Vous êtes de retour. C'est une joie de vous accueillir. Je m'étais donné comme objectif de libérer tous les otages. Ce n'a pas été possible car certains ont été tués par les preneurs d'otages. Mais aujourd'hui, il n'y a plus aucun otage français dans le monde. Je voudrais remercier le président du Niger et les autorités de son pays qui ont facilité votre libération. Nos soldats au Mali font un travail considérable" a commenté le président.

Serge Lazarevic a ensuite pris la parole. "Je n'ai beaucoup de force. Je voulais remercier la France et ceux qui ont oeuvr. Etre otage, c'est un peu compliqué. J'avais oublié ce que c'était la liberté. La vie est belle. La liberté, c'est plus chère que tout. Merci aux Français" a dit l'ancien otage.

Mardi soir à Niamey, il avait retrouvé sa fille Diane venue exprès de Paris pour le raccompagner en France. L'ex-otage avait été reçu par le président Mahamadou Issoufou. Il avait pris la parole donnant de ses nouvelles et a remercié les personnes qui ont oeuvré à sa libération

"J'ai perdu une vingtaine de kilos, mais ça va, je suis en forme" avait-il indiqué avant de remercié le Niger "qui a collaboré avec la France" pour obtenir sa libération. Dans la vidéo de mi-novembre, Serge Lazarevic déclarait être malade et que sa vie était en danger. Mais, selon l'Élysée, il est "en relativement bonne santé en dépit des conditions très éprouvantes de sa longue captivité".

Mardi, le président de la République s'était réjoui que la France ne comple plus aucun otage, "dans aucun pays au monde". En février 2013, la France avait compté jusqu'à 13 otages dans le monde, et en déplorait encore six au 1er janvier. Les circonstances de la libération de Serge Lazarevic n'ont pas été clairement détaillées. Selon une source sécuritaire malienne, elle a eu lieu dans la région de Kidal, dans le nord du Mali. De "très longs mois" de "discussions" ont été nécessaires pour y parvenir. Acun détail n'a filtré pour savoir comment la France avait obtenu la libération de Serge Lazarevic. Paris a balayé l'hypothèse d'une rançon ou d'une libération de prisonniers en échange de l'otage. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !