Sephora : 101 salariés attaquent les syndicats | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Sephora : 101 salariés attaquent les syndicats
©

Retour de bâton

Sephora : 101 salariés attaquent les syndicats

Les avocats des syndicats jugent cette demande "farfelue".

Les syndicats du commerce obtiennent la fermeture à 21h de Sephora Champs-Elysées. Donc, pour les remercier, 101 salariés du parfumeur ont décidé de... les assigner en référé, confirmant ainsi une information publiée dans la journée par Challenges.Les avocats respectifs des salariés et de la direction de Sephora ont fait valoir que le personnel travaillant le soir allait subir "une atteinte immédiate au contrat de travail" à cause de l'action de l'intersyndicale du commerce, le Clic-P (CGT, CFDT, FO, Seci-Unsa, SUD et CGC).

Ils contestent également la légitimité des syndicats du commerce, leur reprochant notamment de n'avoir aucun représentant parmi les salariés du magasin. Les avocats demandent donc au tribunal la "condamnation des organisations syndicales à 100 000 euros d'astreinte par jour et par organisation pour tout acte direct et indirect susceptible d'entraîner la modification de leur contrat de travail".

La juge des référés du tribunal de grande instance (TGI) de Paris a toutefois souligné le fait que l'affaire avait été jugée en appel et que le référé n'était pas une "juridiction de recours". Les avocats des syndicats ont, eux, jugé cette demande "farfelue". Ils estiment que Sephora "utilise des salariés pour faire une opération de communication".

Le magasin Sephora des Champs-Elysées, plus grande boutique de France, reçoit chaque année 6 millions de visiteurs. Elle est implantée sur la mythique avenue depuis 1996, selon la direction de l'enseigne. Plus de 50 personnes travaillent le soir dans le magasin des Champs-Élysées, jusqu'à minuit en semaine et une heure du matin le week-end. L'affaire a été mise en délibéré.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !