Selon un sondage, la cote de popularité d'Emmanuel Macron s'érode en mars | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Selon un sondage, la cote de popularité d'Emmanuel Macron s'érode en mars
©Ludovic MARIN / POOL / AFP

La chute

Selon un sondage, la cote de popularité d'Emmanuel Macron s'érode en mars

Aujourd'hui, la cote de popularité s'élève à 37 % d'opinions favorables soit 4 points en moins par rapport à la dernière étude.

Cela va faire un an que la crise sanitaire a débuté dans notre pays et les problèmes de gestion atteignent enfin la cote de popularité du chef de l'État. Ratés de la campagne vaccinale, incompréhension de la part de la population font fléchir la façon dont les Français voient le chef de l'État. 

Dans un sondage publié dans le JDD effectué par l'Ifop, on apprend qu'Emmanuel Macron a perdu 4 points d'opinions favorables ce mois de mars en atteignant 37 %. d'opinions positives. Et d'un autre côté 60 % des sondés sont mécontents de son action actuellement. 

Pour Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop "C'est la fin d'une parenthèse enchantée entre sa cote présidentielle, qui restait jusque-là élevée, et une gestion de la crise, qui était rejetée. Désormais, il est touché en plein coeur".  Il perd même deux points chez les sympathisants de La République en Marche avec tout de même 92 % d'opinions favorables et 6 points chez les cadres supérieurs en s'établissant à 42 %. 

Il est à signaler qu'au même stade ces prédecesseurs ne faisait guère mieux voir pire. Nicolas Sarkozy réunissait 29 % d'opinions favorables quand à François Hollande il s'agissait de 17 %/ 

Le Sondage a été réalisé du 11 au 18 mars auprès de 1911 personnes âgées d'au moins 18 ans interrogées par internet, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur entre 1 et 2,3 points.

Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !