Selon le FMI, depuis l'élargissement de l'Union européenne, l'émigration a fait du mal à l'Europe de l'Est | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Selon le FMI, depuis l'élargissement de l'Union européenne, l'émigration a fait du mal à l'Europe de l'Est
©Reuters

Union libre

Selon le FMI, depuis l'élargissement de l'Union européenne, l'émigration a fait du mal à l'Europe de l'Est

"L'émigration des travailleurs qualifiés a baissé la croissance du PIB et les revenus des pays de départ."

Depuis l'accession des pays de l'Europe de l'Est à l'Union européenne, l'émigration des citoyens de ces pays vers l'Europe de l'Ouest est un sujet politique majeur, qu'il s'agisse du fameux "plombier polonais" en France ou des débats autour du Brexit et de la libre circulation des personnes. Un récent rapport du FMI signale que, quoi qu'il en soit pour les pays d'accueil, cette émigration n'est pas forcément bonne (non plus?) pour les pays de départ. 

"Près de 20 miullions de personnes ont émigré depuis l'Europe centrale, de l'Est et du Sud-Est entre 1990 et 2012, représentant environ 5,5% de la population", écrit le FMI. La destination principale est l'Allemagne. Or, les principaux émigrants sotn des employés qualifiés, qui ont baissé la productivité des pays en question. "L'émigration des employés qualifiés d'Europe de l'Est a baissé le niveau de croissance du PIB et les revenus des pays de départ", écrit le FMI. 

Un phénomène parallèle à celui qui s'est passé dans les pays de l'Europe du Sud après la crise de 2008, où, de même, l'austérité à provoqué un exil des populations les plus qualifiées vers le Nord, contribuant à mettre à genous ces pays, comme l'expliquait Atlantico dans un décryptage à l'époque >>>

Extrait du rapport du FMI SDN/16/07

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !