Selon Henri Guaino, "l'Europe n'est pas un Etat" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
"C'est la fin de l'Europe telle que nous essayons de la construire depuis le milieu des années 80", estime Henri Guaino.
"C'est la fin de l'Europe telle que nous essayons de la construire depuis le milieu des années 80", estime Henri Guaino.
©Reuters

Modèle

Selon Henri Guaino, "l'Europe n'est pas un Etat"

"Le problème de l'Europe aujourd'hui, ce n'est pas celui de M. Cameron, le problème de l'Europe, c'est celui des peuples" a déclaré le député des Yvelines sur RTL.

Invité au micro de RTL ce lundi matin, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a commenté les négociations sur le maintien ou la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. "L'Europe va marcher autrement. (...) L'Europe, ce n'est pas un État, sauf pour les fous qui rêvent d'un fédéralisme européen, d'où les États auraient disparu, d'où les nations auraient disparu, d'où les peuples seraient expulsés", a déclaré le député LR des Yvelines. 

"Le problème de l'Europe aujourd'hui, ce n'est pas celui de M. Cameron, le problème de l'Europe, c'est celui des peuples. Le problème de l'Europe, c'est que les chefs d'État et de gouvernement doivent convaincre, non pas les autres gouvernements, mais les peuples, les peuples (…) C'est la fin de l'Europe telle que nous essayons de la construire depuis le milieu des années 80", a-t-il également estimé.

"On fait la chaise vide ou on impose nous-mêmes nos règles jusqu'à ce qu'on discute et qu'on arrive à conclure de façon conforme aux intérêts vitaux de chaque pays", préconise ainsi l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, qui s'est également inquiété de la situation critique des agriculteurs français. 

"La France ne devrait plus siéger (à Bruxelles) tant qu'on ne pose pas sérieusement le problème agricole européen sur la table parce qu'on ne s'en sortira pas autrement. Ça ne suffira peut-être pas, mais c'est une condition absolument nécessaire. Il en va de même pour l'industrie", prône Henri Guaino.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !