Selon François Baroin, la primaire a "tué" Les Républicains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Selon François Baroin, la primaire a "tué" Les Républicains
©Reuters

Analyse

Selon François Baroin, la primaire a "tué" Les Républicains

"Après la défaite de 2012, la droite a choisi la voie de la primaire pour désigner son chef (…) Avec le recul, je considère que cela nous a affaiblis", estime le maire LR de Troyes.

Dans un entretien publié ce mercredi par Paris Match, quatre jour avant le premier tour des élections législatives, François Baroin évoque la défaite des Républicains (LR) à l'élection présidentielle, et lie directement l'échec de cette campagne à la primaire de la droite et du centre. 

"Jusqu'à Nicolas Sarkozy, notre leader s'est imposé naturellement. Après la défaite de 2012, la droite a choisi la voie de la primaire pour désigner son chef (…) Avec le recul, je considère que cela nous a affaiblis. La primaire nous a tués", estime le chef de file des Républicains (LR) pour les élections législatives. 

>>>> À lire aussi : Le monde des affaires est assez séduit par le "covoiturage politique" imaginé par François Baroin pour doper la campagne des législatives

Si François Baroin reconnaît une "légitimité incontestable" à Emmanuel Macron, il loue également son "audace, celle d'avoir défié en très peu de temps le président et le Premier ministre sous le quinquennat précédent". 

"Macron veut un parti unique, afin de repousser vers les extrêmes ceux qui ne veulent pas s'aligner", estime toutefois François Baroin, qui évoque une "pente dangereuse". 

Quant à son avenir politique, Matignon semble toujours d'actualité : "Je me prépare depuis longtemps pour cette fonction. Je sais exactement ce que j'y ferai. J'aime arbitrer et trancher". 

 

Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !