Séisme de L'Aquila : sous les huées, la justice italienne acquitte les scientifiques mis en cause | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le séisme de l'Aquila a dévasté la ville italienne
Le séisme de l'Aquila a dévasté la ville italienne
©Reuters

Revirement judiciaire

Séisme de L'Aquila : sous les huées, la justice italienne acquitte les scientifiques mis en cause

Les six personnes avaient sous-estimé la violence du tremblement de terre qui a fait plus de 300 morts en 2009.

La décision a créé une volée de protestations en Italie. Ce lundi 10 novembre, la justice italienne a acquitté en appel  les six scientifiques qui avaient sous-estimé le violent séisme de 2009 dans la ville de L'Aquila. En première instance, ils avaient été condamnés à 6 ans de prison en 2012. La cour d'appel de L'Aquila a estimé que "les faits ne constituaient finalement pas un délit" explique Le Monde. La cour n'a pas pour autant donné de motivation à cette décision.

Une seule personne a évité cet acquittement, le sous-directeur de la protection civile, Bernardo De Bernardinis, condamné à deux ans de prison pour "homicide involontaire et négligence" mais dont la peine a été suspendue, là encore sans explication du juge.

Selon le journal La Repubblica, les proches des victimes ont perturbé ce verdict criant "honte" ou encore "mafieux".

Le sort de ces scientifiques divise l'Italie. En 2009, ils avaient étudié les micro-séismes plusieurs mois avant celui qui allait détruire l'Aquila. Ils en avaient déduit qu'on ne pouvait prédire l'arrivée d'un large tremblement de terre. Après la catastrophe, la communauté scientifique s'était indignée de leur condamnation.

Il faudra attendre plusieurs mois avant que le parquet ne puisse faire appel.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !