Ségolène Royal favorable à des portions d'autoroute limitées à 90km/h | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Ségolène Royal favorable à des portions d'autoroute limitées à 90km/h
©Reuters/Charles Platiau

Moins vite !

Ségolène Royal favorable à des portions d'autoroute limitées à 90km/h

Selon le Parisien, la ministre aurait répondu favorablement à la demande du maire Républicain de Valence qui s'inquiète de la santé des populations.

Voilà qui va faire grincer des dents les automobilistes en plein chassé-croisé et peut-être bloqués  autour de Valence (Drôme), un des lieux de passage obligatoire vers le sud de la France. Le maire de la ville, Nicolas Daragon (Les Républicains) a ainsi demandé à Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie de baisser la vitesse de la portion de l'A7 qui traverse son agglomération de 110 à 90km/h. Selon le Parisien, la ministre aurait donné son accord. "Il est urgent d'engager des mesures significatives pour préserver la santé des populations touchées par ces portions urbaines d'autoroutes" explique ainsi Nicolas Daragon dans le quotidien. Selon lui, l'air pollué est un véritable danger pour ses adminsitrés.

Il a d'ailleurs envoyé un courrier à une dizaine de villes concernées par ce problème pour appuyer sa demande, ce qui pourrait faire tache d'huile. Le maire UDI de Chamonix (Haute-Savoie) réclame d'ailleurs une limitation à 80 au lieu de 90km/h pour la portion qui se trouve dans sa commune. "On estime que diminuer toute l'année la vitesse à l'entrée de la vallée de 90 à 80 km/h permettrait de réduire de 5 à 10 % les émissions d'oxyde d'azote à la sortie des pots d'échappement" explique Eric Fournier. Si Valence devrait obtenir gain de cause, le cabinet de Ségolène Royal ne s'est pas exprimé sur Chamonix.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !