Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Mise en demeure

Ségolène Royal exige le retrait d'une campagne de pub Leclerc

La fin des sacs plastiques "uniques" au supermarché, c'est pour le 1er juillet. Pour l'occasion, Leclerc a mis en scène Ségolène Royal dans une campagne de publicité, qui n'a pas du tout plu à l'intéressée.

En cause, une pub "papier", imprimée sur des quotidiens nationaux comme Le Figaro, montrant une photo de Ségolène Royal datant de 1992, légendée "Eh oui, Madame Royal, c'était en 1996 et nous avions déjà supprimé nos sacs de caisse".

(Crédit photo : Le Figaro)

Le texte de l'annonce poursuit : "Le 1er juillet 2016, vingt ans après, votre loi interdira l'utilisation des sacs plastiques à usage unique", détaillant ensuite que l'effort de l'enseigne en ce sens "a permis d'économiser 10.800 tonnes de plastique et a considérablement réduit les risques de pollution liés à l'abandon des sacs dans la nature".

De prime abord, la ministre de l'Environnement a plutôt bien réagi, quoqu'avec une pique à peine dissimulée, en réponse à l'annonce Leclerc : "J'ai eu la surprise de découvrir que j'étais dans tous les journaux ce matin", a-t-elle commenté ce mercredi dans les colonnes de 20 Minutes. "Mais si c'est pour la bonne cause, je veux bien être instrumentalisée", a-t-elle ajouté.

"Ça n'a pas empêché que son avocat nous envoie du papier bleu pour demander l'arrêt de la campagne", a pourtant signalé ce vendredi Michel-Édouard Leclerc, le patron des magasins éponymes, au micro de BFMTV. La Présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes aurait en effet adressé une mise en demeure au directeur de l'enseigne, exigeant le retrait de sa campagne de publicité.

Et pourtant, M. Leclerc juge que c'est de bonne guerre. "Je pense que c'est un peu normal", concède-t-il, "Il y a des reprises de ces photos dans des conditions moins justifiées, moins avantageuses, donc c'est aussi un système de défense", soulignant d'abord que Mme Royal avait été "très bonne joueuse" dans cette affaire.

Pourtant, ce n'est pas la fois que le visage d'une personnalité politique se retrouve exploitée à des fins publicitaires. Avant la ministre, les Présidents Jacques Chirac, François Hollande et Nicolas Sarkozy étaient passés par là.

La loi sur l'arrêt des sacs plastiques à usage unique en caisse des supermarché est entrée en vigueur le 1er janvier dernier, mais son application définitive doit prendre place le 1er juillet. Déjà, d'aucuns raillent la ministre et sa mesure, mettant en lumière les destructions d'emploi qu'elle pourrait occasionner :

 

 

Lire aussi : Round-up : lettre d'un ingénieur agronome à Ségolène Royal

Lu sur BFMTV
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.