Royal accuse Falorni de "trahison" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Royal accuse Falorni 
de "trahison"
©

Aux grands maux, les grands mots

Royal accuse Falorni de "trahison"

La candidate PS aux législatives compare son opposant socialiste en Charente-Maritime à... Eric Besson.

Ségolène Royal ne mache pas ses mots dans un entretien paru ce jeudi dans le journal Libération. Pour elle, le maintien de la candidature du socialiste Olivier Falorni face à la sienne aux législatives en Charente-Maritime, alors qu'elle est la candidate officielle, est "une forme de trahison politique qui s'apparente à celle d'Eric Besson en 2007". Alors membre de la direction du PS, il avait démissionné en pleine campagne présidentielle, pour apporter quelques semaines plus tard son soutien à Nicolas Sarkozy.

"C'est accepter de faire perdre une candidate de gauche avec les voix de la droite et de l'extrême droite", continue Ségolène Royal, faisant référence à un sondage paru hier et qui montre qu'Olivier Falorni "récupère 83% des voix de Nicolas Sarkozy et 55% des voix de Marine Le Pen" à la dernière présidentielle.

Quant au tweet par lequel la première dame Valérie Trierweiler a apporté son soutien au dissident PS, la présidente de la région Poitou-Charentes se montre plus mesurée. "face à la violence du coup, je n'ai pas voulu réagir à chaud, car je mène un combat politique difficile et je me dois de tenir bon", répond-elle. Le même discours que celui qu'elle tenait mercredi soir en meeting.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !