Sécurité routière : la mortalité en hausse de 1,3% au mois de septembre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Sécurité routière : la mortalité en hausse de 1,3% au mois de septembre
©

Mauvaise nouvelle

Sécurité routière : la mortalité en hausse de 1,3% au mois de septembre

Si les automobilistes sont de plus en plus épargnés par les accidents de la route, les piétons, vélos et deux roues motorisées sont au contraire plus vulnérables.

Triste constat que celui dressé ce mardi 14 octobre par l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). Avec 316 morts, le nombre de décès dûs aux accidents de la route a augmenté de 1,3% au mois de septembre 2014 par rapport à septembre 2013. Ce chiffre intervient après une forte baisse de la mortalité routière au cours de l'été.

L'Observatoire a toutefois remarqué une baisse de la gravité des accidents. Le nombre d'accidents corporels et de personnes blessés ont respectivement diminué de 5,1 et 4,7%. Les automobilistes sont de plus en plus épargnés tandis que les vélos et les deux roues motorisées sont au contraire plus vulnérables.  

Ainsi, les piétons (+ 3%), cyclistes (+ 2%) et motocyclistes (+1%) sont les principales victimes du triste retour à la hausse du mois de septembre. En revanche, la mortalité est en baisse chez les automobilistes (- 2%) et les cyclomotoristes (- 5%). L'été 2014 avait pourtant été le moins meurtrier jamais enregistré. En juillet et août, 603 personnes ont été tuées sur les routes, soit une baisse de 9,5% par rapport à l'été 2013.

Mais l'année 2014 reste pour l'heure plus meurtière que la précédente à la même époque. En janvier 2014, 2 448 personnes ont perdu la vie sur les routes en France, contre 2 395 sur la même période en 2013, soit une hausse de 2,2%. Ainsi donc, la sécurité routière appelle à la vigilance à l'"à l'approche des vacances de la Toussaint". 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !