La sécurité des centrales nucléaires renforcée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La sécurité des centrales nucléaires renforcée
©

Serrage de boulon

La sécurité des centrales nucléaires renforcée

Claude Guéant dévoile ce vendredi des mesures en réaction à l’intrusion de Greenpeace sur plusieurs sites nucléaires.

C’est sur le site de la centrale de Chinon que le ministre de l’Intérieur, accompagné par Henri Proglio, le PDG d’EDF, dévoilera plusieurs mesures visant à renforcer la sécurité des centrales nucléaires françaises, que révèle Le Figarovendredi. Ce déplacement fait suite à l’intrusion, début décembre, de militants de Greenpeace, sur deux sites nucléaires, à Cruas et à Nogent-sur-Seine. Sur ce dernier, ils avaient notamment réussi à grimper sur le dôme du bâtiment de l'un des deux réacteurs. Le gouvernement avait annoncé dans la foulée qu’il allait réagir pour rendre les centrales moins poreuses.

Le "plan d’action" dont fera part Claude Guéant  consiste, selon Le Figaro, en la mise en place de"patrouilles à l'intérieur et à l'extérieur des enceintes", lesquelles"seront équipées de caméras thermiques et de pistolets à impulsion électrique type Taser ".Il prévoit également que d’autres patrouilles "seront accompagnées de chiens de surveillance et d'attaque". Selon le quotidien, les "protections passives des centrales (barrières, haies, système de détection, caméras…)" seront renforcées. Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur et EDF signeront une convention à l’occasion de la visite.

Les centrales nucléaires sont pourtant déjà sérieusement équipées pour assurer leur inviolabilité :  surveillance radar, espace aérien interdit au dessus des installations, clôture électrifiée, vidéosurveillance en continu… Mais ça n’avait visiblement pas empêché Greenpeace de réussir son coup. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !