SeaFrance : la SNCF propose 500 emplois aux salariés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
SeaFrance : la SNCF propose 500 emplois aux salariés
©

Reclassement

SeaFrance : la SNCF propose 500 emplois aux salariés

Le site contenant les offres d'emplois sera mis en ligne ce mercredi.

[Mis à jour le 10/01/2012 à 14h]

Le ministre des transports Thierry Mariani a annoncé qu'un site internet proposant 500 emplois serait mis en ligne ce mercredi par la SNCF.

"La SNCF va mettre à disposition, dès demain, par l'intermédiaire d'un site Internet, 500 propositions d'emplois intégrés à la SNCF", et les salariés qui accepteront ces emplois "ne passeront même pas par le chômage", a-t-il affirmé.

[Mis à jour le 10/01/2012 à 07h]

Nathalie Kosciusko-Morizet l'a annoncé lundi soir sur TF1, Louis Dreyfus Armateurs a proposé une nouvelle offre de reprise de SeaFrance, quelques heures après la mise en liquidation judiciaire de la société de ferries. L'armateur envisage - cette fois-ci sans le concours de son partenaire Danois DRDS - de reprendre deux bateaux et 300 des employés de 800 employés du groupe, toujours sur la ligne Calais-Douvres.

[Mis à jour le 9/01/2012 à 12h50]

Le tribunal de commerce de Paris a prononcé ce lundi la liquidation définitive, avec cessation d'activité de SeaFrance. Il a estimé que l'offre de reprise par la Scop n'était pas "valable", et ce malgré la proposition d'Eurotunnel de racheter les ferries de la compagnie.

Porté par la CFDT de SeaFrance, ce projet proposait un plan de sauvetage avec une coopérative financée par les indemnités de licenciement des 880 salariés.

[Mis à jour le 9/01/2012 à 11h50]

La SNCF a annoncé qu'elle débloquerait 36 millions d'euros pour des indemnités exceptionnelles en faveur des salariés licenciés.

Par ailleurs, selon Libération, Eurotunnel pourrait apporter une solution dans le dossier SeaFrance. La société qui gère le tunnel sous la Manche propose de racheter les ferries et de les louer à la Scop que veulent monter les salariés.

Cette annonce pourrait apporter un sursis à la société de ferries, dont l'avenir se décide ce matin lors d'une audience au tribunal de commerce de Paris. SeaFrance pourrait être placée en liquidation judiciaire.

[Le 8/01/2012]

Ce dimanche en fin d'après-midi, une réunion interministerielle autour de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie et des Transports et de Thierry Mariani, ministre chargé des Transports a lieu pour préparer la liquidation de SeaFrance. Thierry Mariani a déclaré au JDD : "Si elle est prononcée, nous passerons au plan B pour nous occuper des 880 emplois de SeaFrance qui restent notre priorité".

Ce lundi, le tribunal de commerce statuera sur l'unique offre de reprise présenté par la CFDT. Ce plan soutenu par le gouvernement et la SNCF qui propose des primes de 50 000 à 60 000 euros pour le financer ne fait pas l'unanimité parmi les 880 salariés. Le tribunal devrait donc logiquement prononcer sa liquidation.

Invité du 12/13 politique, Arnaud Montebourg, le député PS de Saône-et-Loire a mis en cause la SNCF estimant que celle-ci avait "les moyens de sauver SeaFrance". "Mais, elle a voulu se désengager et comme actionnaire publique, sa responsabilité devra être étudiée car elle n'a pas fait le travail qu'elle devait faire" a-t-il insisté

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !