Un sceptique reconnaît le réchauffement climatique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un sceptique reconnaît 
le réchauffement climatique
©

Chaud

Un sceptique reconnaît le réchauffement climatique

On pouvait douter, mais plus maintenant explique un professeur de l'université de Berkeley.

"Êtes-vous un sceptique du réchauffement climatique? Il y a beaucoup de bonnes raisons pour lesquelles vous pourriez l'être.Richard Muller,  professeur de physique à l'Université de Californie, à Berkeley, publie une tribune dans le quotidien économique américain The Wall Street Journal, propriété de Rupert Murdoch. Un journal réputé proche des conservateurs et des milieux d'affaires, donc, à priori, vu comme pas du tout favorable aux excès de de la défense de l'environnement,  et à tout ce qui peut gêner le fonctionnement du marché, et de l'industrie.

Muller commence par souligner qu'il y a 757 stations météorologiques aux USA, et qu'une partie d'entre elles ne sont pas fiables, qu'elles sont mal placées.

Il ajoute que les principaux groupes d'analyse de la température, la NASA et la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), le Met Office britannique et la Climatic Research Unit) ne travaillent seulement que sur une petite fraction des données disponibles : "Il y a une logique à cette pratique, mais elle pourrait conduire à un biais de sélection. Par exemple, les anciennes stations ont été souvent construites en dehors des villes, mais aujourd'hui sont entourés par des bâtiments. Ces groupes utilisent aujourd'hui des données d'environ 2 000 stations, contre environ 6 000 en 1970, soulevant des questions encore plus au sujet de leurs sélections."

Muller évoque ensuite les travaux et le groupe qu'il a présidé dans ce domaine, au cours de ces deux dernières années. "Notre travail ne couvre que la terre, il ne concerne pas la température des océans, mais c'est là que le réchauffement semble être le plus grand. Robert Rohde, notre scientifique en chef, a obtenu plus de 1,6 milliard de mesures de plus de 39 000 stations de température à travers le monde."

"Nous avons découvert qu'environ un tiers des stations de la température de la planète ont enregistré des températures de refroidissement, et environ les deux tiers ont enregistré le réchauffement. Le ratio est de deux pour un reflet du réchauffement climatique. Les changements aux endroits qui ont montré un réchauffement ont généralement entre 1-2 ºC, beaucoup plus grande que la moyenne du GIEC de 0,64 ºC." Muller fait allusion au Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC)  créé par l'ONU qui est la bête noire de ceux qui ne croient pas au réchauffement.

"Le réchauffement climatique est réel. Peut-être nos résultats vont-ils aider à apaiser cette partie du débat sur le climat. Quelle part du réchauffement est due à l'homme et quels seront les effets probables? Nous n'avons pas fait d'évaluation sur ce point." conclut Muller.

Original Text:

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !