Scandale du Libor : des changements annoncés pour éviter les manipulations de taux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La Société Générale a été citée à comparaître dans le scandale du Libor
La Société Générale a été citée à comparaître dans le scandale du Libor
©Flickr/myahya

De nouvelles règles

Scandale du Libor : des changements annoncés pour éviter les manipulations de taux

Actuellement publiés chaque jour, les taux seront désormais rendus publics seulement au bout de trois mois afin de réduire la possibilité de manipulation, a expliqué ce mercredi la BBA.

Il y a un an le Libor était dans de sales draps. Référence dans le monde de la finance, le Libor se trouvait au cœur d'une crise profonde. En effet, fin juin 2012 la Barclays avait révélé qu'elle allait payer une amende pour mettre fin aux enquêtes des régulateurs britannique et américain. UBS et RBS ont été condamnées à leur tour à de lourdes sanctions depuis. Ce mercredi, des décisions ont été prises afin que cette situation ne se reproduise plus. Ainsi, selon Bloomberg, l'association des banquiers britanniques BBA a annoncé des changements dans la fixation du Libor. Ainsi, les taux communiqués par les banques membres du panel afin de fixer le Libor, qui sont actuellement publiés chaque jour, seront désormais rendus publics seulement au bout de trois mois afin de réduire la possibilité de manipulation, a expliqué la BBA.

Dès lors, les banquiers n'auront plus la possibilité de connaître à l'avance  le niveau des taux communiqués par leurs concurrents. Ils ne pourront donc plus ajuster les leurs en conséquence. Cette modification a été apportée alors que les enquêtes des régulateurs ont montré comment ils manipulaient les taux communiqués au panel afin d'en tirer des bénéfices sur leurs positions ou de faire apparaître leur banque plus solide. Avec ce changement, qui entrera en vigueur le 1er juillet, la BBA reprend à son compte l'une des recommandations centrales du rapport commandé par le gouvernement et publié fin septembre par Martin Wheatley, actuellement directeur général de la nouvelle Autorité de conduite financière (FCA).

"Restaurer la confiance dans le Libor, en tant que référence fiable, est une priorité absolue pour la BBA et nous avons travaillé dur avec les régulateurs et le gouvernement pour mettre en oeuvre les réformes nécessaires avant de le transférer à un nouveau responsable", a commenté Anthony Browne, directeur général de la BBA. Le Libor, fixé à Londres sur la base de taux communiqués par un panel de banques internationales, est l'un des taux auxquels les banques se prêtent de l'argent entre elles. Central dans la finance, il conditionne plus de 300 000 milliards de dollars de produits financiers et il a une incidence sur les prêts aux ménages et aux entreprises.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !