Grèce : une partie des aides pourrait être versée sur un compte séparé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Grèce : une partie des aides
pourrait être versée
sur un compte séparé
©

Contrôle

Grèce : une partie des aides pourrait être versée sur un compte séparé

Le plan franco-allemand aurait le soutien de la Commission européenne.

Selon le Financial Times, la France et l'Allemagne aurait conçu un plan pour qu'une partie des aides accordée à la Grèce soit versée sur un compte séparé, réservé au remboursement de la dette.

Selon un responsable français, ce plan aurait l'aval de la Commission européenne ainsi que de plusieurs pays de la zone euro. Il permettrait de lever la menace d'un défaut de paiement tout en permettant à la Grèce de conserver sa souveraineté budgétaire.

La Grèce était en négociation avec ses créanciers privés afin qu'ils effacent une partie de la dette mais aussi avec cette troïka pour qu'elle accorde un nouveau prêt à la Grèce.

Lundi, la France et l'Allemagne avait appelé à une résolution définitive de la situation grecque. "Les Grecs ont pris des engagements, ils doivent les respecter scrupuleusement, il n'y a pas le choix, le temps presse, c'est une affaire de jours, maintenant il faut conclure. C'est un message sans ambiguïtés et très confiant adressé" à la Grèce, a déclaré Nicolas Sarkozy à l'issue d'un conseil des ministres franco-allemand, appelant les Grecs à voter "les réformes sur lesquelles ils se sont engagés".

"Il ne peut y avoir de nouveau programme" d'aide financière à la Grèce "si elle ne conclut pas avec la troïka" des créanciers publics d'Athènes, réunissant la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI), a confirmé Angela Merkel.

Lu sur le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !