Salon de l'agriculture : vif échange entre un céréalier et Emmanuel Macron sur le glyphosate | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Salon de l'agriculture : vif échange entre un céréalier et Emmanuel Macron sur le glyphosate
©GERARD JULIEN / AFP

A couteaux tirés

Salon de l'agriculture : vif échange entre un céréalier et Emmanuel Macron sur le glyphosate

"Les ouvriers agricoles, les consommateurs qui demain diront 'Vous aviez le glyphosate, vous le saviez, vous n’avez rien fait', ils me regarderont les yeux dans les yeux, et ils iront pas vous chercher", a répliqué le chef de l'Etat a un céréalier qui l'interpellait.

Après s'être fait siffler durant sa visite au Salon de l'agriculture à Paris, le président de la République a eu un vif échange avec des céréaliers sur le glyphosate. Plusieurs agriculteurs étaient présents pour protester contre la fin de cet herbicide, que le chef de l’Etat souhaite interdire en France d’ici trois ans.

Il est allé à leur rencontre, pour leur expliquer : "Les yeux dans les yeux : vous êtes là où vous êtes, et je suis là où je suis. Le glyphosate, y’a aucun rapport qui dit que c’est innocent. Y’en a qui disent que c’est très dangereux, d’autres moyennement dangereux. J’aurai à répondre de ce que je fais, demain, après-demain."

"Dans le passé on a dit que l’amiante c’était pas dangereux. Les dirigeants qui l’ont laissé passer ont eu à répondre. Les ouvriers agricoles, les consommateurs qui demain diront Vous aviez le glyphosate, vous le saviez, vous n’avez rien fait, ils me regarderont les yeux dans les yeux, et ils iront pas vous chercher", a poursuivi le chef de l'Etat, visiblement agacé.

"Eh, oh, nous on est calmes, alors calmez-vous, s’il vous plaît", lui lance alors l'agriculteur, ce qui énerve le président : "Non, attendez, vous êtes calmes ? Non, non, vous m’avez sifflé dans le dos depuis tout à l’heure ! Donc, un : le calme, c’est pas vous qui le donnez. Deux : vous me donnez des leçons."

"On est chez nous", répond le paysan. Réponse d'Emmanuel Macron : "on est chez nous, tous. Ça s’appelle la France et c’est une République."

Un second agriculteur prend le relais et dénonce l'accord négocié en ce moment entre l'Union européenne et l'Amérique du sud (Mercosur). "Vous allez avoir des OGM à plein. Demain, comment vous allez faire pour fermer les frontières, en disant 'Ces produits-là on n’en veut pas, on prend du produit français ?' Vous n’en êtes pas capable ! Cette alimentation va se retrouver dans l’assiette des Français ! Comment vous allez-faire ?", interroge l'agriculteur.

"D'abord, l’avenir de l’agriculture, il n’est pas dans la fermeture, quelle qu’elle soit. Vous êtes dans une filière qui exporte. Ça ne marche pas de dire 'On ferme d’un côté et on ouvre de l’autre'. Notre économie, notre agriculture, c’est une de ses fiertés, elle est exportatrice. Elle a besoin d’être ouverte. On est gagnants sur le Mercosur, la négo n’est pas finie, moi j’ai mes lignes rouges", répond Emmanuel Macron.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !