Polémique "Sale mec" : Hollande dénonce une instrumentalisation de l'UMP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Polémique "Sale mec" : 
Hollande dénonce une 
instrumentalisation 
de l'UMP
©

Pschitt

Polémique "Sale mec" : Hollande dénonce une instrumentalisation de l'UMP

"Je ne suis jamais dans la grossièreté, je laisse ça à d'autres" a précisé le candidat socialiste.

[Mise à jour le 04/01/12 à 16h]

Après les précisions du journaliste du Parisien, c'est au tour de François Hollande de s'exprimer sur la polémique du "sale mec". Le candidat socialiste dénonce une instrumentalisation orchestrée par l'UMP. "Moi je ne me laisserai pas détourner, ça suffit les polémiques qui sont organisées chaque jour, déformant des propos dont les journalistes confirment eux même qu'ils n'ont pas été tenus". "Ce que j'ai à dire de Nicolas Sarkozy, je le dis publiquement et sans intermédiaire, avec mes mots et devant les Français. Je ne suis jamais dans la grossièreté, je laisse ça à d'autres". " Les Français veulent qu'il y ait une campagne digne", a-t-il ajouté.

[Mise à jour le 04/01/12 à 16h]

Le journaliste Matthieu Croissandeau, auteur de l'article du Parisien sur François Hollande, revient sur le "sale mec" qui a déclenché la colère de l'UMP. La scène s'est déroulée alors que François Hollande imitait le président. Le candidat socialiste a alors déclaré : "Il va se présenter devant les Français et leur dire : Je suis un président en échec depuis cinq ans, je suis un sale mec, mais réélisez-moi parce que, dans cette période difficile, je suis le seul capable". Matthieu Croissandeau précise donc que "le candidat socialiste n’a donc pas officiellement traité le chef de l’Etat de «sale mec». Mais le choix de ce qualificatif pour appuyer son raisonnement en dit long sur l’estime qu’il porte à son adversaire. Raison pour laquelle nous avons décidé, ce matin, de le publier."

[Article du 04/01/12 à 15h]

La campagne présidentielle ? Un débat qui tourne pour l'instant autour des petites phrases. D'après Le Parisien, François Hollande aurait traité Nicolas Sarkozy de "sale mec" lors d'un déjeuner avec des journalistes. "Sarkozy va être dans l'évitement jusqu'au premier tour. Mais il envoie ses sbires pour délégitimer ma candidature",a-t-il déclaré.

Réaction immédiate des responsables UMP : François Hollande doit s’excuser. Pour Christian Estrosi, le député-maire de Nice, "l'injure ne peut pas tenir lieu d'argument politique. Monsieur Hollande vient de démontrer qu'il n'est pas au niveau pour un tel poste (…) Il emprunte un sale chemin". Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage, juge ces propos injurieux  et « inqualifiables ». Invité sur Europe 1 ce matin, Claude Guéant déclare : "C'est quelque chose qui est intolérable et j'observe que beaucoup de gens qui travaillent avec lui se laissent aller à des propos violents, mensongers, à des insultes".

François Hollande n’a lui pas encore réagi, mais dans son camp, on affirme que ses propos ont été mal rapportés. Plusieurs journalistes qui ont assisté au déjeuner avec le candidat socialiste ont eux aussi indiqué que les propos de François Hollande ont été mal interprétés.



Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !