Salah Abdeslam livre un discours à connotation religieuse et politique lors de son audition devant le juge d'instruction | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Salah Abdeslam livre un discours à connotation religieuse et politique lors de son audition devant le juge d'instruction
©Benoit PEYRUCQ / AFP

Nouvelle audition

Salah Abdeslam livre un discours à connotation religieuse et politique lors de son audition devant le juge d'instruction

Le survivant du commando des attentats du 13 novembre 2015 était entendu par le juge d'instruction ce jeudi matin.

Salah Abdeslam a été entendu par le juge d'instruction ce jeudi matin. Selon des informations de BFM TV, le dernier survivant du commando des attentats du 13 novembre, aurait fait une déclaration spontanée à connotation religieuse et politique. Le contenu exact des déclarations n'a pas encore filtré. Salah Abdeslam comparaissait pour la septième fois depuis sa mise en examen il y a deux ans devant un juge. 

La rédaction de RTL a dévoilé dans la journée de jeudi le contenu de la déclaration de Salah Abdeslam. Selon des informations de la station RTL, lors de cette septième audition, Salah Abdeslam, a expliqué au juge d'instruction "s'en remettre à Allah". Dans une longue tirade, le dernier survivant du commando du 13 novembre 2015 a justifié les attentats terroristes en France.
Salah Abdeslam a d'abord interpellé Emmanuel Macron "dont la soif de puissance et de renommée appelle à faire couler le sang des musulmans. La sécurité ne régnera pas sur notre territoire tant que cela continuera". 
Salah Abdeslam se serait également adressé aux victimes : 
"Nous ne vous attaquons pas parce que vous mangez du porc, vous buvez du vin ou vous écoutez de la musique, mais les musulmans se défendent contre ceux qui les attaquent. Mettez votre colère de côté et raisonnez quelques instants, vous ne subissez que les erreurs de vos dirigeants".
A la suite de cet exposé sans regret, ni excuse, Salah Abdeslam n'a répondu à aucune question du juge d'instruction, selon des précisions de RTL.
Le seul membre encore en vie des attentats de 2015 a donc été extrait de sa cellule de la prison de Fleury-Mérogis pour cette comparution rapide au nouveau tribunal de Paris, porte de Clichy. Salah Abdeslam a fait à nouveau la une des médias la semaine dernière lors de son hospitalisation à la suite d'une appendicite.
Abdeslam avait été arrêté le 18 mars 2016 à Molenbeek, à la suite de quatre mois de cavale. Il a ensuite été mis en examen en avril 2016 pour assassinats terroristes notamment.
Salah Abdeslam ne s'est jamais véritablement exprimé devant les juges, choisissant le mutisme. Il a seulement pris la parole devant les juges le 9 mars dernier afin de dédouaner un suspect lors d'une confrontation. Il a ainsi mis hors de cause Ali Oulkadi. 
Abdeslam ne s'est confié qu'après son arrestation affirmant aux enquêteurs belges avoir "renoncé" à se faire exploser le 13 novembre. Il avait également tenté de minimiser son rôle au sein de la cellule djihadiste. 
Lors du procès en Belgique sur la fusillade de mars 2016, il avait contesté la légitimité du tribunal, affirmant "placer [sa] confiance en Allah et c'est tout".
Son frère, Brahim Abdeslam, a activé sa ceinture d'explosifs en plein cœur de l'établissement parisien, Le Comptoir Voltaire, le soir du 13 novembre 2015. 
Lu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !