Saint-Étienne-du-Rouvray : hommage national à Notre Dame | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Saint-Étienne-du-Rouvray : hommage national à Notre Dame
©

Émotion

Saint-Étienne-du-Rouvray : hommage national à Notre Dame

La République et l'Église rendent hommage au père Hamel.

Ce mercredi 27 juillet, c'est la République qui était représentée, dans le lieu le plus symbolique de l'Église de France, pour rendre hommage au père Jacques Hamel, assassiné à Saint-Étienne-du-Rouvray par deux djihadistes. Étaient présents le chef de l'État, le Premier ministre, plusieurs membres du gouvernement, les présidents des deux chambres, les anciens chefs de l'État vivants, et des membres de l'opposition tels François Fillon, Bruno Le Maire ou Florian Philippot. Étaient également présents des représentants des autres grandes religions françaises.
 
Plus de 1 500 personnes étaient présentes après un filtrage très intense pour des raisons de sécurité. 
 
"Seigneur, rassemble-nous dans la paix de ton amour", a exhorté le chant d'entrée de cette messe présidée par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris. Cette eucharistie était également concélébrée notamment par Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen.
 
"Délivre-moi des hommes criminels, des meurtriers, sauve-moi", implore le Psaume 58, chanté plus tard par la Maîtrise de Notre-Dame de Paris.
 
Dans son homélie suivant la lecture de l'évangile, le cardinal Vingt-Trois a lancé: "Ceux qui se drapent dans les atours de la religion pour masquer leur projet mortifère, ceux qui veulent nous annoncer un Dieu de la mort, un moloch qui se réjouirait de la mort de l'homme et qui promettrait le paradis à ceux qui tuent en l'invoquant, ceux-là ne peuvent pas espérer que l'homme cède à leur mirage".
 
Via LCP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !