Rythmes scolaires : Vincent Peillon s'en prend aux maires rebelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Rythmes scolaires : Vincent Peillon s'en prend aux maires rebelles
©

Pas contents

Rythmes scolaires : Vincent Peillon s'en prend aux maires rebelles

Le ministre de l'Education nationale parle d'une "petite délinquance civique".

"Quand on est un élu de la République, on essaie de respecter les règles de droit". Vincent Peillon n'est pas content et le fait savoir. Le ministre de l'Education nationale n'apprécie pas que certains élus appellent à ne pas appliquer la réforme des rythmes scolaires qu'il a mise en place. "A un moment où certains s'autorisent les injures, les sifflets, les agressions, voir des élus qui disent on ne va pas appliquer un décret, c'est curieux", a-t-il déclaré à la sortie du Conseil des ministres, mercredi.


Les maires opposés au projet dénoncent le coût de la mesure. "Il y a 36 000 maires en France, on a 50 maires qui s'essaient à une petite délinquance civique, j'espère qu'ils vont rapidement reprendre leurs esprits", a ajouté Vincent Peillon. Cette cinquantaine d'élus s'est réunie au sein d'un "Collectif contre la réforme des rythmes scolaires" et tente d'attirer à elle d'autres maires. Le collectif est par ailleurs soutenu par la députée UMP Valérie Pécresse.

Une quarantaine de maires de la métropole Nice Côte d'Azur (sur 46) ont eux aussi décidé de ne pas appliquer la réforme, a annoncé mercredi son président, le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi. Selon lui, la réforme coûtera 600 millions d'euros aux communes, dont 5 pour la Ville de Nice.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !