Les Russes ont atteint le lac Vostok... sous 4 km de glace | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les Russes ont atteint le lac Vostok... sous 4 km de glace
©

Toucher le fond

Les Russes ont atteint le lac Vostok... sous 4 km de glace

L'analyse de l'eau de ce lac pourrait révéler des informations sur les changements climatiques.

Il aura fallu plus de 20 ans aux scientifiques russes pour atteindre le lac Vostok, situé dans l'Antarctique, sous 4 kilomètres de glace.

Les travaux de forage avaient commencé en 1989 pour être suspendus au début des années 90 "en raison du manque de financement, la situation étant très compliquée après la chute de l'URSS en 1991", a précisé le porte-parole de l'Institut russe de recherche scientifique pour l'Arctique et l'Antarctique. Repris en 1996, les travaux ont de nouveau été interrompus en 1998. La communauté internationale s'inquiétait d'une éventuelle catastrophe écologique en raison de l'utilisation de matériel peu adapté à la précision des opérations. En 2006, le forage reprend.

L'analyse de l'eau de ce lac, isolé de la surface depuis des centaines de milliers d'années pourrait révéler des informations sur les changements climatiques. Le lac, long de 250 kilomètres et large de 50 kilomètres pourrait contenir des forme de vie inconnues.

Cependant, les experts sont sceptiques. Le professeur Martin Siegert de l'université d'Edimbourg a salué "une performance majeure pour les Russes" mais estime "le projet n'a délivré pour le moment aucune donnée scientifique, car le simple fait de pénétrer dans le lac ne permet d'obtenir ni mesures ni échantillons, et c'est justement ce dont on a besoin".

Jean Jouzel, directeur de recherches au Commissariat à l'énergie atomique est encore plus réservé : "l'intérêt climatique est quasi nul" car "on sait qu'à partir de 3300 m, on ne peut plus obtenir d'information climatique à Vostok".

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !