Rumeur d'enseignement de la théorie du genre à l'école : Copé dénonce "une manipulation" et critique le gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Rumeur d'enseignement de la théorie du genre à l'école : Copé dénonce "une manipulation" et critique le gouvernement
©

Quelle histoire

Rumeur d'enseignement de la théorie du genre à l'école : Copé dénonce "une manipulation" et critique le gouvernement

Depuis vendredi, une centaine d'écoles ont été perturbées par des absences d'élèves après un appel à boycotter l'école.

Les SMS appelant à boycotter l'école appuyés sur des rumeurs faisant état d'un supposé enseignement de la "théorie du genre", font grand bruit. La classe politique s'est emparée du sujet. A l'image de Jean-François Copé. Mardi soir dans un communiqué, le président de l'UMP a condamné cet appel "qui s'apparente à une manipulation". Ce mercredi, sur Radio Classique, il a réitéré cette condamnation estimant que "c'est la double peine pour les enfants".

"Il faut naturellement que les parents envoient les enfants à l'école" a indiqué le maire de Meaux, ville particulièrement touchée par cette "vague" de SMS. Par ailleurs, Jean-François Copé a critiqué le comportement du gouvernement sur ce dossier, l'appelant à "lever toute ambiguïté"Je commence en avoir assez de ces sujets que le gouvernement, comme par hasard, met toujours sur la table, qui n'apportent rien à notre société et qui génèrent" des "tentations pour les extrémistes d'extrême droite ou d'extrême gauche pour faire de l'agitation dans un pays qui a besoin de sérénité" a-t-il expliqué.

Sur Europe 1, dans le même temps, Najat Vallaud Belkacem s'est dit "scandalisée" par les propos de Jean-François Copé sur le sujet. Il avait déclaré mardi au Parisien être "choqué par la théorie du genre" et a expliqué "comprendre l'inquiétude des familles". "Jean-François Copé fait le pari de la peur, du fantasme, de l'inquiétude des parents et je trouve que cela ne le grandit pas. En disant cela, Monsieur Copé se range du côté des extrémismes contre la République et ses valeurs"a tancé la porte-parole du gouvernement. Visiblement, la ligne de Jean-François Copé a quelque peu évolué en 24 heures.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !