Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Criminalité

Royaume-Uni : les abus sexuels organisés d'enfants continueraient à Rotherham

Ce scandale avait secoué le Royaume-Uni en 2015. Selon un journal britannique, la situation n'a presque pas changé.

Des groupes criminels de pédophiles continueraient à sévir à Rotherham, au Royaume-Uni, organisant la traite de jeunes filles mineures, selon une enquête d'Express.co.uk, le site du Daily Express et du Sunday Express. "Express.co.uk a recensé des témoignages choquants de victimes, d'activistes et de riverains" qui ont "tous dit que la police et les autorités municipales "abandonnaient" des milliers de jeunes filles vulnérables." Selon l'enquête, des groupes criminels "utilisent toujours la ville comme un fief personnel, prostituant des mineurs dans le cadre d'un empire criminel de plusieurs millions de livres."

Le scandale de Rotherham avait complètement secoué le pays en 2015, qui avait découvert avec effroi que de 1997 à 2013, dans la plus grande impunité, des groupes d'hommes d'origine pakistanaise avaient abusé sexuellement 1 400 mineures blanches, et que les autorités avaient fermé les yeux de peur d'être accusées de racisme. Les hommes, tous originaires de la même région du Cachemire au Pakistan, ciblaient des fillettes blanches isolées, entamaient une relation, puis les violaient. Dans de nombreux cas, les criminels les forcaient à se droguer et à se prostituer, et le système bénéficiait d'une omerta totale. Si un rapport indépendant avait conclu après le scandale que désormais la police attaquait le problème "de manière adéquate", selon l'enquête d'Express.co.uk, ce n'est pas le cas. 

Une victime, citée sous un pseudonyme, déclare "Ces hommes continuent de violer des filles blanches. Je sais que certaines ont dû attendre des mois avant qu'on leur demande de faire une déclaration [à la police]. La situation continue d'être affreusement mauvaise."

Une autre victime déclare "Je connais plusieurs filles qui ont fait des déclarations récemment et à qui on a répondu qu'elles étaient racistes, et j'en connais beaucoup qui ne veulent pas parler et pour être honnête je les comprends. Rien n'a changé, pas d'un iota. Ca continue à la même échelle qu'avant. [...] Je ne conseillerais pas aux gens d'aller voir la police parce qu'ils ne font rien."

Une des méthodes des criminels pour maintenir l'omerta était l'intimidation des témoins. Le père d'une victime raconte que des groupes de jeunes pakistanais viennent régulièrement à son domicile pour intimider la famille. "Chaque soir pendant 13 nuits sur 14, entre minuit et une heure du matin, des gens venaient et frappaient à la porte en se faisant passer pour des livreurs. On ne commande pas vraiment de livraisons et quand on regardait à travers le judas il n'y avait pas de livreur mais on pouvait voir une voiture pleine d'hommes d'origine sud-asiatique. [...] Ces pédophiles contrôlent toujours la ville et la police continue de faire ce qu'ils faisaient à l'époque : rien."

Une ancienne assistante sociale qui continue d'aider les victimes d'abus déclare : "On a vu de légères améliorations, et j'insiste sur le mot légères, mais je pense que ce n''est pas assez rapide."

Sara Champion, la députée de Rotherham, ne le nie pas. "Il y a des cas nouveaux, des cas qui se déroulent en ce moment." 

Le président du conseil municipal, Chris Read, a quant a lui déclaré "Tragiquement, il y aura toujours des criminels qui veulent faire du mal à des jeunes gens vulnérables, et nous savons qu'il y a encore des enfants qui sont exploités partout dans le pays, y compris à Rotherham. Et nous savons également qu'il y a eu de graves échecs à Rotherham. Mais maintenant, la manière dont nous gérons l'exploitation sexuelle des enfants est très différente."

Pour Anne Marie Waters, une activiste qui a fait sa propre enquête, "toutes les personnes à qui j'ai parlé sont d'accord pour dire que ça continue, qu'il s'agisse de victimes d'abus pédophiles, de policiers, de membres du conseil municipal. Rien n'a changé."

A LIRE AUSSI : Scandale au Royaume-Uni : quand l’anti-racisme mène à fermer les yeux sur d’infâmes abus sexuels à Rotherham

Lu sur Express.co.uk
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.