Roms et délinquance : le tableau du "Progrès" qui fait scandale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
capture d'écran tableau délinquance
capture d'écran tableau délinquance
©

Tabou

Roms et délinquance : le tableau du "Progrès" qui fait scandale

En publiant un tableau qui associe certains types de délits à des origines ethniques et des nationalités ciblées, le "Progrès de Lyon" s'est attiré les foudres du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS).

Le quotidien "Le Progrès de Lyon" a publié un tableau baptisé "Délinquance : à chacun sa spécialité",exposant les nationalités attribuées à certains types de délits. Et ce tableau fait polémique. 

Le Mouvement des Jeunes Socialistes a immédiatement condamné la publication de cet encart dans le quotidien lyonnais : "Les Jeunes Socialistes ont manqué de s’étouffer en découvrant l’encart du Progrès de ce matin 'Délinquance, à chacun sa spécialité'. Cet assemblage de nationalités, d’origines réelles ou supposées, d’appartenances sociales et géographique amalgamées à des délits divers et variés est tout simplement du journalisme de caniveau. Nous nous demandons ce qui est passé par la tête des journalistes du progrès en conférence de rédaction" avant de poursuivre par quelques questions oratoires : "Qui sont les « groupes des cités » ? Que veut dire « locaux » ? Pourquoi les « Roms » sont-ils classés aux côtés des Roumains, des « gens du voyage », et des « toxicomanes » ? Quelle corrélation existe-t-il entre toutes ces « catégories » ? Peut être celle d’être simplement des « minorités », que l’on se permet de stigmatiser impunément".

Après avoir établi un parallèle entre le "Progrès" et le journal "Minute", le Mouvement des Jeunes Socialistes a exigé que le quotidien lyonnais présente ses excuses aux "millions d'hommes et de femmes stigmatisés par cet encart". La rédaction du "Progrès" n'a pour l'instant pas répondu aux interrogations du MJS...

Lu sur jeanmarcmorandini.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !