Risque de salmonelle : rappel massif de produits pour bébés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Risque de salmonelle : rappel massif de produits pour bébés
©Reuters

Danger

Risque de salmonelle : rappel massif de produits pour bébés

Le ministère de l'Economie a ordonné le rappel de plus de 600 produits infantiles Lactalis, suite à cinq nouveaux cas de salmonelles chez des nourrissons.

Après le rappel de 12 produits Lactalis le 2 décembre en raison de soupçons de contamination par des salmonelles, le ministère de l'Economie a très largement étendu ce dimanche cet appel. Ce sont désormais plus de 600 produits de nutrition infantile qui sont rappelés et interdits à la consommation et à l'exportation.

Ce rappel d'ampleur fait suite à cinq ouveaux cas de salmonellose ont été déclarés chez des nourrissons cette semaine, dont l'un avait consommé un lait de riz qui ne figurait pas parmi les produits rappelés par le groupe le 2 décembre. 

Dans un communiqué, Bercy précise que ces enfants "vont bien" et que les investigations menées par les autorités sanitaires et la direction de la consommation (DGCCRF) "ont permis d'identifier et de confirmer le lien entre ces contaminations et la consommation de produits de nutrition infantile issus des chaînes de production du groupe LNS" (Lactalis Nutrition Santé), selon le communiqué.

Les produits concernés sont essentiellement vendus sous les marques Milumel, Picot et Carrefour. La liste des produits concernés et leurs produits de substitution est disponible en cliquant ici.

La direction générale de la Santé a ouvert le numéro d'information gratuit : 0800 636 636 (7 jours sur 7, de 9 heures à 20 heures). Celui de Lactalis, le 0800 120 120, est accessible jusqu'à 23 heures dimanche, puis de 9 heures à 20 heures à partir de lundi.

 

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !