Révision constitutionnelle : François Fillon appelle à s’opposer au "rafistolage" du gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Révision constitutionnelle : François Fillon appelle à s’opposer au "rafistolage" du gouvernement
©Reuters

Opposition

Révision constitutionnelle : François Fillon appelle à s’opposer au "rafistolage" du gouvernement

Dans une tribune pour le JDD, l’ancien Premier ministre dénonce la "faute" de l’exécutif qui veut "se donner les apparences de l’action."

La tâche se complique un peu plus pour François Hollande. Lui qui doit obtenir une grande majorité des parlementaires pour approuver sa révision constitutionnelle, il doit faire face à une opposition de taille puisque François Fillon apelle désormais à voter contre le texte. "Plutôt que de se disperser dans un rafistolage constitutionnel, il faut s’interroger sur l’efficacité de notre stratégie contre l’État islamique et sur les conditions d’une vraie coalition internationale pour l’abattre’’ explique l’ancien Premier ministre dans une  tribune au JDD. ‘’ Il faut tirer tous les enseignements des attentats qui ont révélé des brèches dans nos dispositifs de sécurité et de renseignement. Il faut réagir devant les impuissances de l’Europe et les failles de notre pacte national, qui est en dépression économique et morale. La victoire contre le fanatisme passe aussi par des victoires contre le chômage de masse, la mollesse de la croissance, l’insécurité, la panne de notre système d’intégration, le désenchantement de l’idéal français et la déliquescence du projet européen… Au lieu de cela, on s’écharpe sur la question de la déchéance de nationalité qui existe déjà dans nos lois!"

"Par cette révision constitutionnelle, le pouvoir veut se donner les apparences de l’action’’ poursuit François Fillon. ‘’C’est une faute! La posture est le masque de la fébrilité. Il faut au contraire affirmer le sang-froid de la France et la solidité de son droit." Et de conclure : "J'invite les parlementaires à dire non. Nul n'est tenu de céder au chantage de la peur et de marcher au pas."

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !