Retraites : le conseiller de Hollande piégé par un enregistrement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Retraites : le conseiller 
de Hollande piégé 
par un enregistrement
©

Cafouillage

Retraites : le conseiller de Hollande piégé par un enregistrement

Pascal Terasse était l'objet d'une joute entre Martine Aubry et François Hollande lors du dernier débat socialiste.

Mercredi, lors du débat télévisé qui opposait les deux candidats socialistes, François Hollande s'engage à revenir à l'âge légal de la retraite s'il est élu. "Cela veut dire que tu n’es pas d’accord avec Pascal Terrasse... qui te conseille sur ces questions, et qui vient de nous expliquer qu’il faut passer de 60 à 65 ans", affirme alors Martine Aubry. "Peut-être que tu as mal compris", répond François Hollande, qui clôt ainsi le sujet.

Peu de temps après, Pascal Terasse décide de publier un démenti sur son blog, il évoque de "mauvaises interprétations de propos (...) tenus dans le cadre de discussions avec des journalistes".

Pourtant, le journal Libération a mis la main sur la vidéo de cette discussion, et l'a publié sur son site. On entend le conseiller expliquer que "compte tenu de la situation de la Cnav (Caisse nationale d'assurance vieillesse), et de ses déficits, je ne pense pas honnêtement qu’on reviendra sur la borne d’âge. La vérité c’est qu’il faut qu’on aille à 65 ans". Plus loin, il ajoute : "Mais si l’on dit qu’on va à 65 ans sur la borne d’âge, à ce moment-là, il va falloir qu’on trouve quelques dispositifs pour adoucir la douleur. Parce que c’est dur."

Interrogé, le conseiller de François Hollande déclare "être tombé dans un piège (...) C'étaient des propos privés.  Je n'ai pas parlé en qualité de conseiller de François Hollande."

Regardez la vidéo de Pascal Terasse :

Lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !