Retour de Nicolas Sarkozy : pour Florian Philippot, "c'est un candidat facile" à affronter en 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Philippot est confiant pour 2017
Philippot est confiant pour 2017
©Reuters

Confiant

Retour de Nicolas Sarkozy : pour Florian Philippot, "c'est un candidat facile" à affronter en 2017

Le vice-président a également ajouté que "les Français ne voulaient plus" de l'ancien président de la République.

Le FN est serin. Depuis les bons résultats du Front national aux élections municipales et surtout aux élections européennes, où le parti a enregistré 25% des voix, la confiance est de mise. Rien ne semble pouvoir troubler la lente mais régulière ascension de Marine Le Pen. Du moins, Florian Philippot l'affirme. Et le retour possible de Nicolas Sarkozy ne fait pas trembler le nouveau député européen. 

Jeudi, il a indiqué que si l'ancien président revenait dans la course à la présidentielle 2017, ce ne serait pas un problème pour le FN. "Je pense qu'il peut faire son retour autant de fois qu'il le souhaite, les Français ne veulent plus de lui, ils veulent de moins en moins de lui. L'UMP en échec appelle un ancien président en échec, une figure du passé..." a-t-il expliqué. 

Selon lui, l'histoire d'amour entre Nicolas Sarkozy et les Français est terminée. "Il est sorti du coeur des Français et même de plus en plus des sympathisants de droite, en témoigne le flop de sa tribune sur les européennes à quelques jours du scrutin. Manifestement, il n'a pas déplacé une voix... Voire ça leur en a coûté quelques-unes. Il apparaissait très insincère" a-t-il soutenu. 

Florian Philippot ne semble pas inquiet par la perspective d'une réapparition de l'ex-chef d'Etat. Et il pense même que ce dernier ne peut plus chasser sur les terres du FN. "Ça fait dix fois qu'il fait les mêmes promesses. Il a réitéré ses promesses sur Schengen dans sa tribune, mais ça fait aussi dix fois qu'il ne tient pas ses promesses !" affirme le député européen avant de conclure que Nicolas Sarkozy serait "un candidat facile" à affronter en 2017. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !