Google + : une ville fantôme comparé à Facebook | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Google + : une ville fantôme
comparé à Facebook
©

Fail

Google + : une ville fantôme comparé à Facebook

Les internautes continuent de s’inscrire sur le réseau social, mais n’y passent que très peu de temps.

3 minutes et 20 secondes très exactement : c'est le temps moyen consacré à Google + par ses utilisateurs. Par jour ? Non. Par semaine alors ? Même pas. Il s'agit de la fréquentation moyenne... par mois ! C'est ce que révèle une étude réalisée par le cabinet d'étude ComScore et reprise par le Wall Street Journal.

Un résultat encore plus douloureux si on fait la comparaison avec Facebook : les internautes présents sur le réseau social créé par Mark Zuckerberg y consacrent en moyenne chaque mois 6 h et 45 min. Ces chiffres ne concernent que les internautes se connectant sur leur ordinateur, les mesures sur les téléphones mobiles n'étant pas encore disponibles.

En janvier dernier, Google se ventait d’avoir déjà rassemblé 90 millions d'internautes sur son réseau social, lancé en juin 2011. Facebook a de son côté mis plusieurs années avant d'atteindre les 100 millions de membres.

Ce succès est donc aujourd’hui nuancé par le Wall Street Journal. Le journal économique américain explique que "Google + est une ville fantôme virtuelle comparé à Facebook".  

Les internautes continuent de s’inscrire sur le réseau social, mais n’y passent que très peu de temps... Un constat qui n'est pas sans rappeler le flop de Google Wave, précédente tentative de conquête du marché des réseaux sociaux par le géant américain Google.

Pourquoi un tel échec ? Pour le Wall Street Journal, le problème vient du fait que Google + ne parvient pas vraiment à se différencier de Facebook. Et ce, malgré les fonctionnalités originales comme les "hangouts", chat à plusieurs, ou encore les fameux "cercles".

"Personne ne veut un nouveau réseau social en ce moment", tente d'expliquer Brian Solis, un analyste interrogé par le Wall Street Journal et qui se demande toujours où est la valeur ajoutée de Google +.

De toute façon, affirme le journal économique le "principal objectif" de la firme avec Google + est "d’obtenir les données personnelles de ses utilisateurs pour améliorer la publicité ciblée" qui s’affiche lorsque l’on surfe sur tous les services offerts par Google.

Lu sur The Wall Street Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !