Rentrée scolaire : un collégien coûte 7 640 euros à son département | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Rentrée scolaire : un collégien coûte 7 640 euros à son département
©

Une histoire de chiffres

Rentrée scolaire : un collégien coûte 7 640 euros à son département

C'est ce qu'a annoncé mercredi le président de l'Assemblée des départements de France.

Finies les vacances, place au travail. La rentrée scolaire a été sifflée ce mardi sur l'ensemble de la France. Mais comme chaque année, cette rentrée a un coût. Ce mercredi c'est à l'Association des départements français (ADF) de dévoiler ses chiffres. Selon elle, les départements dépensent en moyenne 7 640 euros par an pour chaque collégien. "Les départements contribuent à la réussite de la rentrée scolaire dans les collèges de France. Ils le font d'abord en assurant la construction, l'entretien et le bon fonctionnement des 7 100 collèges publics qui accueillent plus de 3 300 000 collégiens. La dépense moyenne annuelle par élève est de 7 640 euros", rappelle dans un communiqué le président de l'ADF, Claudy Lebreton.

Concernant les cantines scolaires, "plus des 2/5es des salles et équipements de restauration ont bénéficié de travaux très importants". "En outre, 3 conseils généraux sur 5 ont mis en place des tarifications spécifiques pour l'accès aux repas (tarif unique, quotient familial, allocations pour les familles en difficultés, bourses, etc.). Le prix moyen des repas pour les familles est ainsi de 3 euros, alors qu'ils représentent une charge de 7 à 9 euros pour la collectivité", souligne l'ADF.

Les conseils généraux consacrent par ailleurs "une dépense annuelle de l'ordre de 2 milliards d'euros, équivalente à 4% de leurs budgets de fonctionnement" aux transports scolaires, secteur qui coûtera davantage à ces collectivités cette année en raison de la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires. "Quelque 4 millions d'enfants" bénéficient chaque jour de ce service, "dont 2 millions en zones rurales", précise l'association. "39 départements ne reportent que de 0 à 5% de cette charge sur les utilisateurs, pour les autres ce taux varie entre 5 et 50 %", détaille l'ADF.

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !