Régionales : Pécresse et Bertrand prennent leurs distances vis-à-vis de Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Régionales : Pécresse et Bertrand prennent leurs distances vis-à-vis de Sarkozy
©Reuters

Différence

Régionales : Pécresse et Bertrand prennent leurs distances vis-à-vis de Sarkozy

Soucieux de "régionaliser" le scrutin, les deux candidats républicains ne veulent pas impliquer leur chef de parti.

"Je ne suis pas la femme d'un clan, je ne suis plus la femme d'un parti." Invitée sur Radio Classique, Valérie Pécresse affichait, ce jeudi matin, ses différences. A quelques jours d'un second tour qui s'annonce très serré en Ile-de-France, la candidate républicaine ne veut pas que les dirigeants nationaux s’immiscent dans sa campagne. Et surtout pas Nicolas Sarkozy. "C'est moi qui présiderai la région, c'est moi que les Franciliens veulent entendre" a-t-elle martelé, lorsqu'on lui demandait si l'ancien chef d'Etat allait avoir la main sur la région, à travers elle.

Xavier Bertrand a, lui aussi, joué la carte de l'isolement. Dans une région Picardie-Nord-Pas-de-Calais où la ligne antisystème de Marine Le Pen a triomphé, le candidat LR évite les références à Nicolas Sarkozy et s'affiche aux antipodes des "élites parisiennes" symbolisées par le patron des Républicains. "Les gens nous disent : 'Nous, on ne travaille pas et on n'y arrive plus'. Ou : 'Nous on travaille mais on n'y arrive plus" explique ainsi le maire de Saint-Quentin sur Itélé, soulignant que ce message n'était pas entendu par les ténors. La veille, il s'était même montré très agressif. "Je passe mon temps à commenter les déclarations des uns et des autres" expliquait-il sur Europe 1 après une question sur une sortie de Nicolas Sarkozy. "Mais qu'ils se taisent! Ils n'ont que quelques jours encore à patienter alors je leur dis une chose:"Si on peut pas vous enfermer, taisez-vous!"

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !