Régionales : la gauche "peut sortir la tête haute", assure Julien Dray | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Régionales : la gauche "peut sortir la tête haute", assure Julien Dray
©

L'espoir fait vivre

Régionales : la gauche "peut sortir la tête haute", assure Julien Dray

Julien Dray, tête de liste départementale en Ile-de-France, estime que le PS ne serait pas en échec s'il conservait six régions lors du scrutin de décembre.

Rien n'est encore perdu ! Pour Julien Dray, vice-président du conseil régional d'Ile-de-France, "la réalité électorale n'est pas encore écrite, la bataille politique des régionales ne fait que commencer" et "on peut sortir la tête haute".

Invité du Grand Rendez-Vous Europe 1/Le Monde/i>Télé, ce matin, il a regretté qu'il y ait désormais "dans ces campagnes électorales (...) le jeu du grand frisson, qui consiste à se faire peur", notamment dans les médias, sur les possibilités de victoire du Front national "avant que la campagne ne se soit déroulée".

Alors qu'une vague de sondages BVA pour la presse régionale parue vendredi donne la gauche victorieuse dans trois régions (Bretagne, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées) et en ballottage dans trois autres (Ile-de-France, Normandie et Bourgogne-Franche-Comté), Julien Dray estime que "si nous remportions ces six régions-là, je ne crois que pas que [l'on] dirait 'défaite de la gauche'".

"Nous pouvons sortir la tête haute dans un certain nombre de régions où c'est aujourd'hui à touche-touche, comme on dit." Et dans les régions lorgnées par le Front national, "si la gauche était unie en Paca comme dans le Nord-Pas-de-Calais, elle pourrait se maintenir au deuxième tour sans problème, et même peut-être gagner ces régions", ajoute-t-il.

Lu dans Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !