Région Paca : Marion Maréchal-Le Pen, en tête dans les sondages, l'emporterait largement face à Christian Estrosi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Région Paca : Marion Maréchal-Le Pen, en tête dans les sondages, l'emporterait largement face à Christian Estrosi
©Reuters

Un séisme

Région Paca : Marion Maréchal-Le Pen, en tête dans les sondages, l'emporterait largement face à Christian Estrosi

Un sondage BVA pour le groupe Nice-Matin donne la nièce de Marine Le Pen victorieuse en Paca : elle gagne six points au premier tour (à 42 %). Son principal adversaire, lui, en perd quatre et apparaît déjà assez nettement distancé (28 % au premier tour).

Marion Maréchal-Le Pen a peut-être raison : elle qui clamait il y a peu que le FN avait déjà gagné la bataille des régionales. En effet, un sondage BVA pour le groupe Nice-Matin donne la nièce de Marine Le Pen victorieuse en Paca. En l'espace d'un mois, elle gagne six points au premier tour (à 42 %). Son principal adversaire, Christian Estrosi, lui, en perd quatre et apparaît déjà assez nettement distancé (28 % au premier tour). Le PS serait donc bon troisième (16 %). Au second tour, en cas de triangulaire, le FN emporterait la région (43 % contre 32 pour Les Républicains et 25 % pour les socialistes).

Terre traditionnelle de la droite, mais région ancrée à gauche depuis 1998, cette région du sud est pourrait donc dans quinze jours basculer dans le giron du parti frontiste. Le front républicain ne suffirait peut-être pas puisque moins d'un électeur socialiste sur deux pourrait voter pour la liste de Christian Estrosi au second tour. Les 8 % de la candidate soutenue par Europe Écologie-Les Verts et le Front de gauche, Sophie Camard, ne se reporteraient pas suffisamment sur la liste du maire de Nice. Résultat, au second tour, les deux listes Les Républicains et le FN atteindraient les 50 % chacune.

Dernier espoir des opossants de Marion Maréchal-Le Pen : les indécis. En effet, cette proportion pourrait peser sur le scrutin. À quelques jours du premier tour, un électeur sur quatre n'a en effet pas arrêté définitivement son choix. Reste à savoir si les indécis voteraient pour barrer la route au FN ou au contraire le renforcer. Il reste six jours aux différents candidats pour convaincre.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !